Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bras de fer autour du groupe Doux à Quimper

Reuters27/07/2012 à 23:11

par Pierre-Henri Allain

QUIMPER, Finistère (Reuters) - Les deux principaux candidats à la reprise du groupe Doux - son PDG Charles Doux et le consortium réuni par Sofiprotéol - se sont livrés vendredi par avocats interposés une rude bataille au tribunal de commerce de Quimper (Finistère) où se tenait une audience pour examiner leurs offres respectives.

La décision du tribunal de commerce a été mise en délibéré au 1er août.

Le consortium dirigé par Sofiprotéol a fait une offre prévoyant le maintien de 2.707 salariés et 371 reclassements sur un total de 4.195 salariés.

Charles Doux présente quant à lui un plan de continuation qui prévoit la prise de contrôle du groupe par la banque Barclays à hauteur de 80% et la préservation d'environ 3.100 emplois au cas où le pôle frais serait repris par deux sociétés concurrentes.

Les syndicats sont divisés sur les deux offres, tandis que les éleveurs préfèrent le plan de continuation de Charles Doux.

"Le plan de continuation présenté par Charles Doux est un plan cohérent sur l'emploi, sur le maintien de la filière et sur la relation d'intégration avec les éleveurs", a déclaré Me Maurice Lantourne, représentant les intérêts du volailler, en marge de l'audience.

L'avocat n'a pas ménagé ses attaques envers le projet de reprise présenté par une dizaine d'entreprises réunies autour de Sofiprotéol, organisme financier spécialisé dans les huiles et protéines végétales.

"Il s'agit d'une somme de petits intérêts particuliers qui n'ont rien à voir avec l'intérêt général, c'est un démantèlement organisé, une spoliation", a-t-il estimé, jugeant que son "indivisibilité" n'était qu'une façade.

S'exprimant à la barre, Philippe Tillous-Borde, président de Glon-Sanders, filiale de Sofiprotéol, a défendu son projet en expliquant qu'il s'agissait "d'un tout" recouvrant l'ensemble de la filière, et qu'aucune candidature n'avait été écartée pour y participer.

"Il y a une logique, une cohérence économique dans ce que l'on a fait, c'est pourquoi on ne peut plus dissocier les offres de notre projet", a dit à Reuters Thierry Cotty, avocat de Sofiprotéol.

DISSOCIATION DES OFFRES?

Devant les juges, Me Guilhem Bremond, qui représente Sofiprotéol, a répété que les offres du consortium se partageant une bonne partie du groupe Doux était "indissociables" tout en reconnaissant que ces sociétés n'étaient pas pour autant "solidaires".

Régis Valliot, administrateur judiciaire chargé du redressement du groupe depuis son dépôt de bilan le 1er juin, a appelé de ses voeux une dissociation de ces offres pour pouvoir céder le pôle frais, très déficitaire, et poursuivre l'activité des pôles export et produits élaborés.

"La trésorerie ne permet pas de continuer en l'état l'activité du groupe", a t-il déclaré aux juges, soulignant que les apports d'argent supplémentaires annoncés par Charles Doux ces derniers jours, notamment par la banque Barclays, étaient seulement destinés aux pôles export et produits élaborés.

L'administrateur judiciaire a salué l'offre de Sofiprotéol dans la mesure où elle offre d'après lui une perspective de "pérennité satisfaisante" compte tenu de "la mutualisation des risques". Il a toutefois regretté l'abandon de "4 ou 5 sites" et "la décapitation" du groupe, dont la centaine d'emplois administratifs et de direction du siège seraient sacrifiés.

Régis Valliot a indiqué que le groupe était au 27 juillet "plus qu'exsangue", avec une "insuffisance" de trésorerie estimée entre 7 et 9 millions d'euros.

Le procureur de la République, Eric Tuffery, s'est pour sa part interrogé sur la validité de l'offre de reprise de Sofiprotéol.

"Cette offre de cession me déçoit. Le volet social y est assez souvent massacré. Il y aura des morts (...) Des efforts plus significatifs auraient dû et pu être faits", a t-il dit.

Edité par Marine Pennetier


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.