1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Boris Johnson est un raciste qui aspire au retour impossible à un passé imaginaire »
Le Monde18/09/2019 à 00:50

« La haine des identités particulières » est exacerbée par « le langage du dénigrement et de la division » dont use notamment le premier ministre du Royaume-Uni, observe le professeur de droit et essayiste britannique Philippe Sands, dans une tribune au « Monde ».

Il y a quelques années, je faisais du lobbying dans le salon des délégués, aux Nations unies (ONU), pour l'adoption d'une résolution qui devait débarrasser Maurice et l'Afrique d'un dernier vestige du colonialisme britannique : l'archipel des Chagos.

Notre principal adversaire, le secrétaire britannique aux affaires étrangères, se révéla malgré lui être le meilleur avocat du continent. Beaucoup de diplomates gardaient en mémoire l'article qu'il avait rédigé quelques années plus tôt [en 2002, lorsqu'il était simple membre du Parlement] traitant les résidents d'un pays africain de « négrillons » [picaninnies] au « sourire de pastèque » [watermelon smile]. Les mots importent et ne s'oublient pas, surtout lorsqu'ils charrient des insultes racistes.

Ce secrétaire aux affaires étrangères est devenu, en juin, le premier ministre britannique. Il est lié, par une admiration mutuelle, à son homologue américain, le président des Etats-Unis, qui exprime lui aussi, ouvertement, ses sentiments racistes.

Une telle situation paraissait, il y a encore peu de temps, inconcevable : les prédécesseurs de ces deux leaders s'étaient engagés, dans la Charte de l'ONU de 1945, à « respecter les droits humains et les libertés fondamentales sans distinction de race, sexe, langue ou religion ». Mais, pour certains, l'inimaginable est devenu la nouvelle normalité.

Sentiments hostiles aux étrangers Cette évolution date de 2016, du référendum sur le Brexit et de l'élection présidentielle américaine : un...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    18 septembre09:01

    S'il y a la "dérive des continents"...il y a aussi et surtout celle de certains nos dirigeants...;-(((

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer