1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bonus-malus: le patronat de l'intérim dénonce l'amalgame entre CDD et travail temporaire
AFP20/06/2019 à 17:28

Le patronat de l'intérim a dénoncé jeudi "l'amalgame opéré" entre son secteur et les CDD dans le bonus-malus prévu sur certaines cotisations d'assurance chômage, alors que selon lui "le travail temporaire n'est pas responsable de la précarisation" dénoncée.

"S'il est avéré que le nombre de CDD courts en général, et de CDD d'usage en particulier, a explosé ces dernières années, il demeure non moins remarquable de constater que le travail temporaire représente lui une part très stable du marché de l'emploi: entre 3% et 4%", plaide Gilles Lafon, président de Prism'emploi, qui regroupe les professionnels du recrutement et de l'intérim.

Avec ce bonus-malus, prévu par la réforme de l'assurance chômage, il déplore "l'amalgame opéré entre les CDD et le travail temporaire qui, lui, apporte une protection sociale élargie (mutuelle et prévoyance), des droits à la formation et des dispositifs d'action sociale efficaces pour faciliter l'accès à l'emploi".

"Alors qu'à l'issue de son contrat, le salarié en CDD reste seul pour gérer sa transition professionnelle, le travailleur temporaire peut compter sur son agence d'emploi pour lui proposer une nouvelle mission ou une action de formation", soligne-t-il.

Dans sept secteurs (hôtellerie-restauration, agro-alimentaire...) consommateurs de contrats courts et concernés par l'introduction d'un bonus-malus le 1er janvier, toutes les ruptures de contrat de travail donnant lieu à une inscription à Pôle emploi seront prises en compte, à l'exception des démissions et des fins de contrats d'alternance et d'insertion.

Lors de la présentation de la réforme mardi, l'entourage de la ministre du Travail Muriel Pénicaud avait estimé que ce bonus-malus allait inciter les grosses entreprises "à mettre la pression sur les agences d'interim" pour que celles-ci leur envoient des gens en CDI intérimaire plutôt qu'en contrat de quelques jours ou semaines.

Le CDI intérimaire permet au salarié, qui signe son CDI avec l'agence d'intérim, d'avoir une rémunération minimale entre deux missions. Environ 25.000 CDI intérimaires ont été signés en 2018 alors que 2,8 millions de personnes sont passées par l'intérim, soit l'équivalent de 800.000 ETP (emploi temps plein).

M. Lafon estime que davantage de CDI intérimaires pourraient être signés "en supprimant les obstacles législatifs qui subsistent encore", le recours à l'intérim étant conditionné à des motifs de surcroit d'activité ou de remplacement.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer