1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Boko Haram en proie à une scission, selon l'état-major américain

Reuters21/06/2016 à 23:52
    WASHINGTON, 21 juin (Reuters) - Une scission s'est produite 
au sein de Boko Haram, dont une partie reproche à Abubakar 
Shekau, chef du mouvement, de ne pas suivre les consignes de 
l'Etat islamique auquel il a pourtant prêté allégeance l'an 
dernier, a annoncé mardi le général américain Thomas Waldhauser. 
    "Il y a plusieurs mois, environ la moitié des membres de 
Boko Haram ont formé un groupe distinct parce qu'ils n'étaient 
pas contents de la manière dont la marque EIIL (Etat islamique 
en Irak et au Levant) est importée, si vous voulez", a déclaré 
l'officier que Barack Obama a nommé à la tête des forces 
américaines en Afrique, devant la commission sénatoriale des 
Forces armées qui doit valider sa nomination.  
    Abubakar Shekau est, selon lui, resté sourd aux exigences de 
l'EI qui lui a demandé de mettre fin aux attentats suicide 
commis par des enfants.  
    "L'EIIL lui a dit d'arrêter, mais il ne l'a pas fait et 
c'est l'une des raisons de cette scission", a-t-il poursuivi, 
précisant que les djihadistes de Syrie et d'Irak cherchaient à 
réconcilier les deux groupes.  
    "Ce qui m'inquiète, c'est que le groupe qui a rompu avec 
Boko Haram veut être plus proche de l'EIIL et sera par 
conséquent plus enclin à s'attaquer aux intérêts occidentaux", a 
ajouté Thomas Waldhauser.  
      
 
 (Phil Stewart, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer