1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bob Maloubier, héros de guerre et légende des services secrets, est mort

Le Parisien21/04/2015 à 17:17

Bob Maloubier, héros de guerre et légende des services secrets, est mort

Saboteur au service de Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale, père des nageurs de combat français, agent secret, forestier, pétrolier : Robert «Bob» Maloubier a mené une vie digne d'un film d'espionnage. Il s'est éteint lundi soir à l'âge de 92 ans dans un hôpital parisien. «Il a mené son dernier combat contre la maladie en luttant jusqu'au bout», a précisé sa compagne, Marie-Hélène France. 

Avec sa moustache blanche, Bob Maloubier était l'un des derniers survivants de la section française du Special Operations Executive (SOE), créé par Winston Churchill en juillet 1940 pour saboter et désorganiser les armées allemandes dans l'Europe occupée. Il avait ainsi été décoré par Elizabeth II en juin 2014, lors de la visite d'Etat de la reine d'Angleterre à l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie.

Né à Neuilly-sur-Seine en 1923, Bob Maloubier s'engage dans le SOE à 19 ans, recruté à Alger par les Britanniques alors qu'il cherche à gagner Londres. Parachuté en France à deux reprises, notamment dans le Limousin au lendemain du débarquement du 6 juin 1944, Bob Maloubier multiplie les sabotages. «On pose ses charges, on part, on regarde sa montre et on se dit : "Pourvu que je n'aie pas fait de conneries". Soudain, on voit le ciel passer à l'orange. Et quand ça saute, c'est l'apothéose», raconte-t-il au Parisien en 2013.

VIDEO. Robert Maloubier en mai 2014 : «Je n’étais pas espion j’étais agent secret»

«La guerre, les plus belles années de ma vie»

Blessé deux fois, il quitte l'armée britannique avec le grade de capitaine et la prestigieuse décoration DSO (Distinguished Service Order), «reçue des mains de George VI», précise-t-il. Une décoration accordée seulement à une soixantaine de Français pendant la guerre. 

«La guerre pour moi, c'était les plus belles années de ma vie, simplement parce que j'en suis sorti vivant», assure-il. Après la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • titresyl
    24 avril10:53

    beaucoup de gens devraient prendre exemple sur des personnages de cette trempe ..... surtout les hommes politiques ... ils apprendraient ainsi ce que veut dire SERVIR LA FRANCE !!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer