1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bleus : 2019 est déjà là
So Foot20/11/2018 à 23:32

Bleus : 2019 est déjà là

La France termine l'année 2018 sur une victoire peu spectaculaire contre l'Uruguay, après une élimination sans gloire en Ligue des nations. La victoire en Coupe du monde ne remonte qu'à quatre mois, mais les besoins de changements sont déjà là.

Mi-juillet, sous la pluie battante de Moscou, beaucoup d'observateurs voient déjà le début d'une hégémonie. Tellement jeune, cette équipe de France championne du monde ne peut qu'être un favori en puissance de l'Euro 2020 et du Mondial 2022. Perspective si lointaine, mais pourtant si évidente, pour un groupe dont tous les tauliers -à l'exception d'Hugo Lloris- n'ont pas la trentaine, sans parler du Wonderkid Kylian Mbappé. À peine quatre mois après la deuxième étoile, l'eau a coulé sous les ponts, la superbe des Bleus s'est déjà évanouie.

Giroud assure la fête de fin d'année

Ils sont toujours champion du monde, mais ils sont également hors course en Ligue des nations, dépassés par une équipe des Pays-Bas qui n'était pas au Mondial. Une contre-performance moins choquante que le fonds de jeu inexistant qui donne du crédit aux détracteurs, prompts à fustiger un jeu trop défensif, récemment souligné par Ronald Koeman. L'équipe de France a beau avoir affiché bien plus de qualités en Russie que les critiques ne veulent bien l'admettre -solidarité, solidité, verticalité et efficacité-, elle accuse désormais bien plus de carences qu'on ne peut en tolérer d'un leader du football mondial.

Des champions du monde déjà usés ?


À qui la faute ? Il sera facile de pointer le seul Didier Deschamps, qui depuis juillet a souhaité privilégier la logique de groupe et un jeu solide plutôt que flamboyant. Il y a 20 ans, c'est en transformant l'équipe de contre d'Aimé Jacquet en équipe de possession que Roger Lemerre avait magnifié l'héritage jusqu'à une victoire à l'Euro 2000, et un niveau de jeu quasi-parfait jusqu'au printemps 2002. Avant un retour sur terre violent au Mondial 2002. Didier Deschamps a choisi d'assurer le service après-vente, et force est de constater que les événements ne l'ont pas aidé dans son projet de stabilité.



Son socle défensif si solide chez Vladimir Poutine est aujourd'hui composé de deux centraux à la Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer