Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Biocarburants : dans la Marne, la France tente de passer la deuxième

RelaxNews11/07/2012 à 14:02

Biocarburants : dans la Marne, la France tente de passer la deuxième

(AFP) - Derrière une immense usine de sucre et d'éthanol, qui avale chaque année des centaines de milliers de tonnes de betteraves et de blé, se cachent les locaux du projet Futurol, dont la mission est de produire des biocarburants sans ingrédients comestibles.

Numéro 4 mondiale des biocarburants, la France est en course pour développer une deuxième génération de produits n'entrant pas en concurrence avec la production de céréales ou d'oléagineux. Mais le modèle économique reste un grand point d'interrogation.

Inauguré il y a neuf mois à Pomacle-Bazancourt (Marne), le bâtiment moderne de Futurol, atelier parcouru de tuyaux et de grandes cuves encore étincelantes, baigne dans une odeur douçâtre voisine du pruneau. C'est la première usine pilote en son genre - et pour l'heure la seule - de l'Hexagone.

Branches, pailles, herbes folles : ici, on transforme tout ce qu'on peut en carburant, à la condition que ça ne se mange pas ou presque. Broyés, cuits à la vapeur et à l'acide à 250 degrés, rongés par les enzymes et dopés par les levures, les végétaux crachent leur cellulose, transformée en sucre, puis en éthanol, c'est-à-dire en alcool.

Ce dernier est en tout point identique à l'éthanol dit de première génération qui sort de la vaste usine voisine du groupe Cristal Union. Sauf qu'il répond à une des principales critiques adressées aux biocarburants (elle-même sujette à débat) : celle d'affamer les plus pauvres en faisant bondir les prix du blé, du maïs et des terres arables en général.

Des projets existent aussi pour des biodiesels "2G" afin d'utiliser bois et plantes à la place du colza.

Mais n'attendez pas la deuxième génération de carburants renouvelables en sauveur, prévient-on jusque dans les rangs de ses promoteurs.

"Je n'ai aucune prétention à remplacer la première génération, parce qu'on y arrivera pas", tranche Frédéric Martel, le pilote du projet. "Mais j'y crois vraiment en complément". Par exemple lorsque les cours des céréales flambent.

Encore trop cher

L'an prochain, les onze actionnaires de Futurol, parmi lesquels figurent le sucrier Téréos (Beghin Say) et Total, doivent décider si l'expérience s'arrête ou pas. Si le projet est validé, un prototype à la capacité 100 fois plus grande verrait le jour vers 2016.

Mais les obstacles ne manquent pas : extirper de l'alcool de bois ou de la paille est un défi techniquement plus complexe qu'avec le grain ou de la betterave. Il faut trouver les approvisionnements importants des végétaux nécessaires. Conséquence : avec un prix de revient d'un euro le litre, l'éthanol 2G reste encore plus de deux fois plus cher que son aîné et presque trois fois plus que l'essence.

"L'objectif, c'est de les rattraper. On part de loin : en 2006, on était à 4 euros le litre", se souvient M. Martel.

En France, environ 6,5% des carburants consommés sont des biocarburants, selon le Syndicat National des Producteurs d'Alcool Agricole (SNPAA). Une présence quasi-invisible, biodiesel et éthanol étant pour l'immense majorité vendus mélangés à l'essence ou au diesel " classiques ".

La filière bénéficie d'un mécanisme de réduction fiscale (de 14 centimes le litre pour l'éthanol et 8 centimes pour le biodiesel) censé favoriser le leadership européen en biodiesel et permettre de résister aux deux géants de l'éthanol: le Brésil et sa canne à sucre, qui produit quatre fois plus que l'Europe et surtout les Etats-Unis et son maïs: dix fois plus.

En attendant, une troisième génération se profile déjà à l'horizon: du côté de Cristal Union, qui n'est pas associée à Futurol et dont le directeur de la branche éthanol Jérôme Bignon dit croire davantage aux technologies encore balbutiantes utilisant les algues et les bactéries.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.