1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Beto O'Rourke, jeune premier démocrate, candidat à la Maison Blanche
AFP14/03/2019 à 19:16

Beto O'Rourke lors d'un meeting de campagne, le 16 septembre 2018 à Plano, au Texas ( AFP/Archives / Laura Buckman )

Le fringant quadragénaire Beto O'Rourke, étoile montante de l'opposition aux Etats-Unis, a annoncé jeudi sa candidature pour tenter de battre Donald Trump à la présidentielle de 2020, secouant ainsi une primaire démocrate pour l'instant dominée par deux septuagénaires.

"La seule manière pour nous d'être fidèles aux promesses de l'Amérique est de tout donner pour elle et tout donner pour nous tous", a déclaré le candidat à l'investiture démocrate, 46 ans, dans un message vidéo publié tôt jeudi matin.

Dans cette vidéo d'un peu plus de trois minutes, il s'exprime sans cravate, col de chemise ouvert et assis sur son canapé, aux côtés de sa femme Amy qui le fixe du regard, sans dire un mot. Au menu, des thèmes comme la santé, le vivre ensemble, le réchauffement climatique et les guerres "vieilles de plusieurs décennies", auxquelles il veut "mettre fin".

Surtout, si l'immigration est un problème, c'est "le meilleur problème que l'Amérique puisse avoir", insiste-t-il, en appelant à des solutions pour que les immigrés puissent "travailler, être avec leur famille et fuir les persécutions".

Juste après la diffusion de son annonce, cet ancien punk-rocker à la longue silhouette dégingandée et à l'éloquence et la gestuelle passionnées, s'est exprimé depuis l'Iowa, petit Etat rural à l'importance capitale dans les primaires puisque c'est le premier à voter.

Avec un message d'union à faire passer: "N'importe quel autre démocrate candidat serait bien meilleur que le locataire actuel de la Maison Blanche".

Il est "vital que nous ne dénigrions ou rabaissions aucun autre candidat" démocrate, a-t-il insisté, toujours sans cravate, pour garder son style de "quadra" dynamique.

Amy Hooer Sanders, Beto O'Rourke et leur fille Molly O'Rourke lors de la première d'un documentaire sur la campagne sénatoriale du démocrate, "Running with Beto", au festival SXSW à Austin, dans le Texas, le 9 mars 2019 ( GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / Matt Winkelmeyer )

Des images qui n'ont pas manqué de faire réagir Donald Trump.

"Ses mains bougent beaucoup. Je n'ai jamais vu des mains bouger autant. J'ai demandé +il est fou où il est juste comme ça+", a-t-il déclaré à la presse depuis la Maison Blanche.

- En attendant Biden -

Avant Beto O'Rouke, 14 candidats se sont déjà lancés dans la primaire démocrate. Parmi eux figurent plusieurs sénateurs: Elizabeth Warren, Kamala Harris, Cory Booker... et surtout Bernie Sanders, qui est pour l'instant en tête des sondages parmi les candidats déclarés.

L'ombre d'un autre concurrent, qui n'a pas encore annoncé sa candidature, plane sur ces premiers sondages: Joe Biden.

L'ancien vice-président fait encore durer le suspense, malgré des allusions très directes cette semaine à sa volonté de se lancer dans la course à la Maison Blanche.

S'il venait à se lancer dans la course, cela signifierait que les deux favoris chez les démocrates auraient 76 et 77 ans et finiraient leur mandat à plus de 80 ans, de loin un record de vieillesse dans l'histoire des Etats-Unis.

C'est de ce poids des années que Beto O'Rourke espère, par contraste, profiter.

L'ancien élu de la Chambre des représentants, aux idées résolument marquées à gauche, s'était forgé une grande notoriété à l'automne durant sa campagne pour tenter d'arracher un siège au Sénat américain.

Il avait finalement perdu lors de ce scrutin en novembre, mais sa campagne passionnée, très remarquée, et son bon score face au poids lourd républicain Ted Cruz dans les terres conservatrices du Texas l'avaient placé sous les projecteurs.

- "Campagne positive" -

Dans sa vidéo jeudi, il promet de mener "une campagne optimiste" visant à "rassembler un pays très divisé", en référence au climat politique de plus en plus polarisé depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir.

Son intention de se lancer dans la course à la Maison Blanche était devenue un secret de polichinelle. "Vous pouvez probablement déduire que j'ai envie de me lancer", a-t-il confié au magazine Vanity Fair, dans un entretien accompagné de photos prises par Annie Leibovitz, portraitiste des célébrités, publié en ligne mercredi soir, à quelques heures de l'officialisation de sa candidature.

Son premier grand rendez-vous, a-t-il annoncé, sera le 30 mars pour un meeting de campagne à El Paso, sa ville natale, près de la frontière avec le Mexique. Là où le président Trump est déjà venu défendre son mur et sa politique anti-immigration.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • zaizai
    14 mars19:07

    Coté cheveux, il y a un mieux par rapport à Trump. Le gris a toujours été plus discret que l'orange

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer