1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bernard Tapie : «S'il y a entourloupe, j'annule l'arbitrage»
Le Parisien02/06/2013 à 13:39

Bernard Tapie : «S'il y a entourloupe, j'annule l'arbitrage»

Après une semaine riche en rebondissements dans «l'affaire Tapie», l'homme d'affaires tente de reprendre la main en se disant prêt, en cas de fraude, à faire annuler l'arbitrage au terme duquel il avait touché 403 millions d'euros en 2008, selon une confidence rapportée par Le journal du Dimanche : «Entendez moi bien, si on découvre la moindre entourloupe, le moindre dessous de table ou quoi que ce soit d'anormal, alors dans la seconde, de mon initiative, j'annule l'arbitrage. C'est clair, non !», assure-t-il.

Il y a 10 jours, Bernard Tapie prétendait, dans une interview au Parisien, que la décision rendue par le Tribunal arbitral ne «pouvait pas être remise en cause» : «quand on a la chance d'avoir un trio arbitral composé du premier président honoraire de la cour d'appel de Versailles, Pierre Estoup, un ex-président du Conseil constitutionnel, Pierre Mazeaud, et Jean Denis Bredin, considéré comme une des valeurs morales les plus éminentes de France, on ne peut qu'écarter toute suspicion sur l'honnêteté de la décision», expliquait-il.

Le juge Pierre Estoup a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée

Mercredi, l'ancien haut magistrat Pierre Estoup, l'un des trois juges du tribunal arbitral ayant eu à statuer dans le litige l'opposant au Crédit Lyonnais, a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, les juges le soupçonnant d'avoir favorisé, avec d'autres, un arbitrage en faveur de l'homme d'affaires.

Cette mise en examen a été décidée dans le cadre de l'enquête sur le volet non ministériel de l'affaire Tapie/Adidas ouverte en septembre 2012 pour «usage abusif des pouvoirs sociaux et recel de ce délit au préjudice du consortium de réalisation» (CDR), gérant le passif du Lyonnais.

Bernard Tapie : «Il m'est resté nettement moins que 100 M?»

En fin de semaine, Bercy a indiqué que l'Etat s'apprêtait à se porter partie civile dans cette affaire et que Bernard Tapie...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jfvl
    02 juin15:03

    La procédure serait donc reprise par la justice . Ce qui pourrait coûter très cher à l'état français et donc aux contribuables...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer