1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bernard-Henri Lévy : «Sur Dieudonné, Valls a eu raison»
Le Parisien05/01/2014 à 20:59

Bernard-Henri Lévy : «Sur Dieudonné, Valls a eu raison»

Le geste de la quenelle lancé par Anelka en soutien à Dieudonné l'a ulcéré. BHL y revient longuement dans l'interview qu'il nous a accordée.

L'AFFAIRE DIEUDONNÉ

Manuel Valls a-t-il raison de vouloir interdire les spectacles de Dieudonné ?

BERNARD-HENRI LÉVY. Bien entendu. Je ne comprends même pas le débat. Ce que vous appelez les spectacles de Dieudonné ne sont pas des spectacles, mais des meetings. Et on prêche, dans ces meetings, le négationnisme, la haine des juifs, l'apologie du crime contre l'humanité ? toutes choses que la loi républicaine condamne. Il y a un moment où, face à ça, face à ces bras d'honneur répétés à la République, il est du devoir de la parole publique de dire stop. Valls l'a fait, Valls a eu raison. C'est bien.

Certains disent que, si on interdit Dieudonné aujourd'hui, rien n'interdira au gouvernement de censurer d'autres humoristes demain pour toutes sortes de raisons?

Il y a là une étrange et terrible confusion. Car il n'y a rien de commun, rien, entre le travail d'un humoriste dont la liberté d'expression et donc de provocation est effectivement sacrée, et l'entreprise d'un agitateur néonazi qui fait ouvertement campagne sur des thèmes qui ne sont pas des opinions mais des délits. Ils ne font pas le même métier. Il y a une différence de nature entre ce qu'ils nous racontent. Et, sauf à imaginer Mme Le Pen au pouvoir, il n'y a pas un juge sérieux en France qui dira : « J'ai condamné X parce qu'il insultait la mémoire des victimes de la Shoah ? je vais donc condamner Y parce qu'il blague sur le ministre Truc ou Machin. »

Certains sportifs comme Anelka ou Parker ont effectué la fameuse quenelle en indiquant qu'il s'agissait à leurs yeux d'un geste antisystème. Ne faut-il pas leur accorder le bénéfice du doute ?

Tony Parker, bien sûr : l'histoire date d'il y a cinq ans et il s'en est expliqué. Mais Anelka, c'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

15 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    06 janvier19:24

    RE/...S'il est certain que la pensée unique est dangereuse...n'est-il pas aussi dangereux d'étaler publiquement certaines formes de pensées, contraires à la morale connue et reconnue ?...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer