Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bernard Cazeneuve, le soldat de Bercy promu à l'Intérieur

Reuters02/04/2014 à 15:08

BERNARD CAZENEUVE PASSE DE BERCY À LA PLACE BEAUVAU

PARIS (Reuters) - Bernard Cazeneuve, qui a gagné ses galons au ministère du Budget après le séisme de l'affaire Cahuzac, succède à Manuel Valls au ministère de l'Intérieur à la faveur d'un compromis entre le chef de l'Etat et son nouveau Premier ministre.

François Hollande espérait placer François Rebsamen, l'un de ses proches en charge du dossier sécurité lors de sa campagne présidentielle, mais Manuel Valls lui préférait le député Jean-Jacques Urvoas.

Bernard Cazeneuve, homme d'appareil et juriste qui a été député-maire de Cherbourg (Manche), est plus au fait des questions de défense et d'industrie nucléaire que de sécurité intérieure. Mais cet homme de dossiers pourra mettre en avant place Beauvau les qualités dont il a fait preuve à Bercy, alliant rigueur et autorité.

Il a ainsi su appliquer sans rechigner la ligne de redressement des comptes publics fixée par l'exécutif et imposer à ses collègues les 50 milliards d'économies que le gouvernement devrait prochainement dévoiler, en même temps que le Pacte de stabilité.

Cet adepte des bonnes manières, qui aura 51 ans en juin, partage avec François Hollande un sens de l'humour presque aussi britannique que ses costumes en tweed.

Mais c'est un fabiusien d'origine, l'actuel ministre des Affaires étrangères l'ayant envoyé en Normandie où il s'est taillé un fief, fusionnant notamment Cherbourg et Octeville, un fait d'arme qu'il prend en exemple de bonne utilisation des deniers publics.

Sa dernière contribution au Budget est le plan concocté avec son supérieur des Finances, Pierre Moscovici, visant à trouver 50 milliards d'euros d'économies pour poursuivre la réduction du déficit public.

Un redressement compliqué par un net dérapage des comptes l'an dernier par rapport aux prévisions, dont Bernard Cazeneuve a refusé d'endosser la responsabilité.

LE MINISTRE QUI DIT "NON"

Au contraire, a-t-il répété, les dépenses de l'Etat ont évolué conformément aux prévisions et, si les recettes ont été bien faibles que prévu, c'est en raison d'une croissance économique presque nulle, une façon de ne pas reconnaître que les prévisions de recettes étaient bien trop optimistes.

Son humour froid lui a servi à repousser les attaques de l'opposition au Parlement et, à en croire certains ministres, à obtenir d'eux des coupes budgétaires parfois douloureuses.

Aux Affaires européennes, le poste qu'il occupait avant de prendre à Bercy la place traditionnelle du ministre "qui dit 'non'", il s'était déjà fait remarquer par sa loyauté à François Hollande.

Partisan du "non" au référendum sur la Constitution européenne en 2005, il s'était ainsi retrouvé en première ligne pour défendre le traité européen sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) prônant davantage de discipline budgétaire au grand dam de la gauche du PS et des écologistes.

Bernard Cazeneuve est "presque né socialiste" puisque son père dirigeait la fédération du PS dans l'Oise, son département natal. François Hollande en avait fait l'un de ses quatre porte-parole durant la campagne présidentielle.

Diplômé de l'IEP de Bordeaux, juriste à La Banque populaire, ce père de deux enfants avait travaillé dans plusieurs cabinets ministériels dans le gouvernement de Lionel Jospin, entre 1997 et 2002.

Fervent défenseur de l'énergie nucléaire, position qui a provoqué une rupture avec les écologistes dans son département, Bernard Cazeneuve a plaidé pour l'implantation d'un réacteur de troisième génération (EPR) dans le Cotentin.

Rapporteur de la mission parlementaire sur l'attentat de Karachi, qui tua 11 Français en 2002, Bernard Cazeneuve a publié en 2011 un livre "Karachi, l'enquête impossible" dans lequel il dénonce le poids du système du secret-défense.

(Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey, avec Gérard Bon, édité par Gérard Bon)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.