Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bernard Arnault poursuit Libération pour injures publiques

Reuters10/09/2012 à 20:34

BERNARD ARNAULT POURSUIT LIBÉRATION POUR SON TITRE DE UNE

PARIS (Reuters) - L'homme le plus riche d'Europe, Bernard Arnault, PDG du groupe français de luxe LVMH, va assigner le journal Libération au tribunal pour "injures publiques" après un titre en première page ironique sur son projet d'acquisition de la nationalité belge.

"Arnault, casse-toi riche con", titre lundi le quotidien de gauche, une allusion à la phrase prononcée par Nicolas Sarkozy au Salon de l'agriculture en 2008, "casse-toi pauvre con", à l'adresse d'un homme qui refusait de lui serrer la main.

"Suite à la polémique concernant sa demande de double nationalité et après avoir précisé 'qu'il était et qu'il restait résident fiscal français', Bernard Arnault n'a d'autre choix, compte tenu de l'extrême vulgarité et de la violence du titre du quotidien en date du 10 septembre 2012, que d'assigner le journal Libération en justice", lit-on dans un communiqué.

Le PDG du groupe français de luxe LVMH qui est opposé au projet gouvernemental de porter à 75% la taxation de la part des revenus supérieure à un million d'euros par an, a demandé la nationalité belge, mais assure qu'il n'y a pas de raison fiscale à cette démarche.

Il garderait la nationalité française et resterait résident fiscal en France. Une commission de la chambre des représentants belge tranchera sur sa demande.

Cette demande a suscité un vaste débat politique en France, la gauche soupçonnant Bernard Arnault de dissimuler ses vraies intentions, qui pourraient selon elle être une forme d'évasion fiscale ultérieure avec la nationalité belge comme étape.

La droite impute la démarche du PDG de LVMH à la politique du gouvernement de gauche qui ferait fuir les entrepreneurs.

Dans un communiqué publié lundi, Bernard Arnault fait valoir qu'il a toujours travaillé et payé ses impôts en France depuis la création de son groupe il y a plus de 20 ans.

"Dans ce contexte, en particulier alors que sa défense de l'activité économique et de l'emploi en France est continue et l'anime depuis plus de 25 ans, cette Une du journal Libération est inacceptable", ajoute l'homme d'affaires.

Elle révèle selon lui un "état d'esprit anti-entreprise totalement à l'encontre des nécessités du redressement économique du pays et de la lutte contre le chômage, qui ne peuvent réussir qu'avec la motivation des chefs d'entreprises privées".

Le syndicat de journalistes SNJ-CGT fustige le milliardaire, car, estime-t-il dans un communiqué, il oublie que les nombreux médias qu'il contrôle bénéficient d'aides publiques.

"Bernard Arnault a la morgue de sa caste, celle des nantis qui n'ont que mépris pour les salariés, pour leurs syndicats et pour le budget de l'Etat. Les politiques qui trouvent grâce à ses yeux sont ceux qui, comme Sarkozy, lui permettent d'accroître ses profits et développer son portefeuille d'activités", écrit le syndicat.

Les revenus du capital seront exonérés de la taxe à 75%, a dit dimanche soir François Hollande. Si Bernard Arnault la paye, ce qui devrait être le cas s'il reste bien résident en France, il ne l'acquittera donc que sur son salaire de PDG et non sur les revenus de ses titres et de sa fortune.

Selon le magazine Forbes, Bernard Arnault était début 2011 la quatrième fortune mondiale et la première en Europe avec 41 milliards de dollars. En l'espace d'un an, il est passé de la septième place à la quatrième position dans ce classement en profitant de l'essor du secteur du luxe, notamment en Asie.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.