Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Berlin proposera Sabine Lautenschläger au directoire de la BCE

Reuters17/12/2013 à 21:00

L'ALLEMAGNE PROPOSE SABINE LAUTENSCHLÄGER AU DIRECTOIRE DE LA BCE

par Annika Breidthardt et Andreas Rinke

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne proposera la candidature de Sabine Lautenschläger, vice-présidente de la Bundesbank, au directoire de la Banque centrale européenne en remplacement de Jörg Asmussen, démissionnaire, a annoncé mardi un porte-parole du gouvernement.

Jörg Asmussen a annoncé dimanche son entrée dans le gouvernement de coalition d'Angela Merkel au poste de secrétaire d'Etat au Travail, ce qui l'amènera à quitter la BCE.

Âgée de 49 ans, Sabine Lautenschläger a travaillé à la BaFin, l'autorité allemande de supervision financière, avant de rejoindre la Bundesbank en 2011.

Le remplacement de Jörg Asmussen intervient au moment où la BCE semble avoir atteint les limites de ses politiques d'interventions conventionnelles et pourrait devoir explorer d'autres voies.

On sait pour l'heure peu de choses des opinions de Sabine Lautenschläger en matière de politique monétaire mais son curriculum vitae montre qu'elle possède une solide expérience en matière de supervision bancaire héritée notamment de son passage à la BaFin.

Elle fait d'ailleurs partie de ceux qui s'étaient alarmés d'un possible conflit d'intérêt entre les fonctions monétaires et de supervision de la BCE. Elle s'est également érigée contre l'idée de traiter la dette souveraine comme un actif sans risque dans les bilans des banques.

Avec cette expertise, elle a toutes les chances de devenir la représentante du directoire au nouveau Mécanisme de supervision unique (MSU) et d'en briguer la vice-présidence, ce qui lui octroierait des prérogatives de taille puisque la BCE a le pouvoir de bloquer des décisions du MSU, un des piliers de la future union bancaire.

Yves Mersch, Vitor Constancio et Peter Praet sont eux aussi candidats à cette fonction.

Lors de son passage au directoire, Jörg Asmussen a passé le plus clair de son temps à gérer les relations internationales de la BCE, une attribution dont pourraient hériter Yves Mersch ou Benoît Coeuré.

UNE LONGUEUR D'AVANCE

Avant de pouvoir siéger au directoire de la BCE, où elle serait la seule femme, Sabine Lautenschläger devra se conformer à un certain nombre de formalités. Elle devra d'abord obtenir l'assentiment des ministres des Finances de l'Union européenne puis la BCE sera ensuite sollicitée pour donner son avis, avant que le Parlement européen se prononce à son tour même s'il n'a aucun droit de veto. Il organisera pour cela une audition avec son comité des affaires économiques et monétaires.

Le dernier mot reviendra au Conseil de l'Union européenne, au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement.

Le fait que Sabine Lautenschläger soit une femme lui confère une longueur d'avance sur ses adversaires potentiels lorsque les candidats se présenteront devant le Parlement européen. Ce dernier avait un temps bloqué la désignation d'Yves Mersch au directoire, regrettant l'absence de femmes.

En quinze ans d'histoire, le directoire de la BCE n'a accueilli que deux femmes, la Finlandaise Sirkka Hamaleinen et l'Autrichienne Gertrude Tumpel-Gugerell.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.