1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Berlin ne croit pas à un compromis sur la Grèce d'ici dix jours

Reuters15/04/2015 à 20:17

(Actualisé avec source à la Commission européenne § 6-7) NEW YORK/ATHENES, 15 avril (Reuters) - Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a jugé mercredi peu probable l'hypothèse d'un accord la semaine prochaine entre la Grèce et le reste de la zone euro sur les réformes économiques permettant le versement de nouvelles aides à Athènes. Le gouvernement grec et ses créanciers internationaux ont tous dit souhaiter qu'un compromis soit trouvé, au moins sur les grandes lignes, avant la réunion des ministres des Finances de la zone euro prévue le 24 avril à Riga, capitale de la Lettonie. Mais Athènes n'a pour l'instant pas présenté un programme de réformes susceptible d'être accepté par ses interlocuteurs. Intervenant devant le Council of Foreign Relations à New York, Wolfgang Schäuble a déclaré que personne ne s'attendait à un accord lors de la réunion de Riga, ni au cours des semaines suivantes. "Personne ne dispose du moindre indice laissant espérer que nous parviendrons à un accord sur un programme ambitieux", a-t-il dit, ajoutant que le gouvernement Tsipras, en fonctions depuis fin janvier, avait "détruit" tous les progrès économiques réalisées par la Grèce depuis 2011. Le ministre allemand a laissé entendre que la zone euro pourrait supporter un défaut de la Grèce sur sa dette, expliquant que les marchés financiers avaient déjà intégré toutes les issues possibles à la crise grecque et qu'aucun signe de contagion aux autres emprunteurs souverains de la zone euro n'était perceptible. A Bruxelles, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a tenté de jouer les médiateurs avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, a confié lors d'une réunion à huis clos que sa patience atteignait ses limites et qu'il n'y avait eu aucun progrès ces derniers jours, a rapporté une source européenne. Mais Juncker, ajoute-t-on de même source, a souligné qu'il ne fallait pas se préparer à une possible sortie de la Grèce de la zone euro. "Le Grexit est un sujet tabou pour Juncker", a dit cette source. S&P A RAMENÉ SA NOTE À CCC+ Standard & Poor's a annoncé de son côté avoir abaissé la note souveraine de la Grèce à CCC+ en évoquant le risque de voir la situation d'Athènes devenir "intenable". ID:nL5N0XC4SC A Berlin, une porte-parole du ministère des Finances a jugé qu'il serait irréaliste de prévoir le versement d'une nouvelle enveloppe d'aide à la Grèce avant la fin du mois en raison de la complexité des questions à résoudre. "Si certains ont le sentiment que l'aide pourrait être versée en avril, je pense qu'ils ont tort", a-t-elle dit. Le sujet devrait évidemment être abordé lors des réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale au cours des prochains jours à New York, où doit se rendre le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis. Ce dernier doit à cette occasion s'entretenir avec le président américain Barack Obama et le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, ont précisé ses services. La BCE continue de fournir des liquidités aux banques grecques dans le cadre de son mécanisme d'urgence, l'ELA, et Mario Draghi a souligné mercredi que ce soutien ne serait pas remis en cause tant que les banques seraient solvables. ID:nL5N0XC3OH Alors que la rumeur court depuis plusieurs jours de nouvelles élections anticipées en Grèce, à Athènes, le ministre d'Etat chargée de la coordination du projet gouvernemental, Alekos Flabouraris, a déclaré à une chaîne de télévision qu'une telle hypothèse était exclue "à 100%". (Gernot Heller et Deepa Babington, avec Lefteris Papadimas et Angeliki Koutantou à Athènes; Marc Angrand et Henri-Pierre André pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.