Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Benoît Hamon accuse Macron de "racisme social"

Reuters26/08/2018 à 12:29

BENOÎT HAMON ACCUSE MACRON DE "RACISME SOCIAL"

PARIS (Reuters) - L'ancien candidat socialiste à l'élection présidentielle Benoît Hamon accuse dans le Journal du Dimanche Emmanuel Macron de "racisme social" mais prend le contre-pied du leader de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, qui veut faire des européennes de 2019 un référendum contre le chef de l'Etat.

"Macron et son Premier ministre Édouard Philippe sont les dépeceurs du modèle social français", déclare le fondateur du mouvement Génération.s, qui a pris ses distances avec le PS après sa déroute à la présidentielle de 2017.

"Macron ne se contente pas de réserver les meilleurs morceaux à ses amis, il s'en prend désormais à la colonne vertébrale de notre identité", ajoute-t-il. "L'attaque qui se prépare contre les retraites en est le symbole. Ce sera la fin du système par répartition."

Pour Benoît Hamon, l'ancien conseiller et ministre de l'Economie de François Hollande "mène une guerre sociale" aux français démunis et veut "punir les chômeurs en touchant au calcul de leurs indemnités".

La rentrée du chef de l'Etat "est placée sous le signe du racisme social", ajoute l'ancien dirigeant socialiste, sans envisager pour autant de faire alliance avec Jean-Luc Mélenchon, qui a fait sa rentrée politique samedi à Marseille lors de l'université d'été de LFI.

Il dit notamment ne pas comprendre pourquoi le député de Marseille a invité des représentants de "la droite dure et antisociale" à cette université d'été.

"C'est un nouvel élément de confusion" et "entendant certains propos (...) je redoute aussi une forme de sectarisme, dans lequel il serait mortifère de s'enfermer", ajoute-t-il.

Il fait également valoir que son projet européen et celui de LFI "divergent fortement".

"Je ne ferai pas courir à la France le risque de quitter l'Europe (...) Surtout, je veux lever des passions positives, pas faire seulement un référendum contre Macron (...) Votons pour nos valeurs, pas toujours 'contre '", ajoute Benoît Hamon, qui n'exclut pas d'être lui-même candidat aux européennes de mai prochain : "Je ne me déroberai pas."

(Emmanuel Jarry)

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jy831
    26 août19:39

    Mais continuez a croire a la theorie des miettes et des premiers de cordée et vous faites entiérement l'opposé de ce qui devrait etre fait....

    Signaler un abus

  • jy831
    26 août19:37

    450 milliards payés d'une façon trés progressive a partir de 2000 euros par part fiscale .Redistribués d'une façon progressive a ceux qui gagnent moins de 2000 euros par tete fiscale seraient presque entiérement dépensés et ferait rentrer par la TVA un peu moins de 90 milliards d'euros dans les caisses de l'état..Qui pourrait attaquer un état qui aurait une telle santé ?C'est le revenu universel qui permettrai la baisse du chomage avec la réduction du temps de travail

    Signaler un abus

  • jy831
    26 août19:30

    Je m'appelle Malcor directeur de CGG que j'ai conduit a la ruine,je gagne 100000 euros par mois et on m'enléve 60000,mince il ne me reste que 40000,c'est la famine. Je vais aller en suisse ou je paie 10000 euros par mois d'impots,mince je dois 50000 a la france,donc ca sert a rien je reste en france ou je perd la nationalité française.

    Signaler un abus

  • jy831
    26 août19:26

    Quel scandale de payer en impots une tranche à 75% de revenu....Mais jamais on parle de ce qui leur resterait...Je gagne 80000 euros par mois,l'état m'en enléve 50000,mince c'est la famine il ne me reste que 30000.Par contre on sort de la vrai famine les plus pauvres

    Signaler un abus

  • jy831
    26 août19:22

    EN tant de guerre on mobilisait la population,pourquoi en tant de misére sociale ne mobiliserait on pas les 0.5% qui possédent 50% des richesses. Un impot sur la nationalité et non sur la résidence comme aux USA les empéchraient de s'y soustraire en plus...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.