1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Benalla: L'opposition dénonce le "bras d'honneur" de Macron

Reuters25/07/2018 à 10:56

BENALLA: L'OPPOSITION DÉNONCE LE "BRAS D'HONNEUR" DE MACRON

PARIS (Reuters) - L'opposition a dénoncé mercredi le "bras d'honneur" d'Emmanuel Macron, qui a invité devant ses troupes ceux qui contestent les sanctions prises dans l'affaire Benalla à "venir le chercher" au lieu de s'exprimer devant les Français.

Le chef de l'Etat est sorti mardi de son silence, près d'une semaine après la diffusion de la vidéo montrant Alexandre Benalla, un chargé de mission à l'Elysée, malmener deux jeunes gens en marge des violentes manifestations du 1er-Mai.

"S'ils cherchent un responsable, il est devant vous. Le seul responsable, c'est moi et moi seul. Qu'ils viennent me chercher. Je réponds au peuple français", a-t-il dit devant les parlementaires de La République en marche.

"C'est une sorte de bras d'honneur qu'il a fait hier soir, un bras d'honneur vis-à-vis de l'opposition quand il dit 'qu'ils viennent me chercher', un bras d'honneur vis-à-vis des journalistes, de la presse, un bras d'honneur vis-à-vis des Français parce que, en réalité, il devait s'exprimer non pas devant sa cour, non pas en entre-soi et ne devait pas en réserver la primeur seulement aux siens", a déclaré sur France 2 le chef de file des sénateurs Les Républicains.

"J'attends (...) qu'il vienne s'expliquer officiellement devant les Français et je trouve qu'il devrait avoir des contradicteurs, qu'il choisisse une émission (...) je crois que cet exercice, il n'y coupera pas. Il ne doit pas fuir sa responsabilité", a-t-il ajouté.

Le député La France insoumise Alexis Corbière adopte la même expression mais demande, lui, que le président vienne devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale.

""Qu'ils viennent me chercher', dit le président devant son cercle de députés fidèles. Il ne viendra donc pas de sa propre volonté s'expliquer ? C'est un bras d'honneur au Parlement et au Peuple !" a-t-il déclaré sur Twitter.

UN DISCOURS "FORT" POUR LA MAJORITÉ

Pour Philippe Bas, président Les Républicains de la commission des Lois au Sénat qui auditionne également en ce moment les protagonistes de l'affaire, c'est bien devant les Français qu'Emmanuel Macron aurait dû s'exprimer.

"Un chef de l'Etat a des comptes à rendre et quand une question grave lui est posée, il ne doit pas l'esquiver, il ne doit pas différer le moment de la réponse", a-t-il estimé sur Europe 1. "Il dit qu'il veut l'assumer mais que ne le fait-il pas, il faut qu'il l'assume en s'expliquant devant les Français, en parlant devant tous les Français."

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a vu une contradiction entre la responsabilité assumée par Emmanuel Macron des sanctions prises début mai contre Alexandre Benalla, dont une suspension de deux semaines, et le témoignage de son directeur de cabinet, Patrick Strzoda, qui a dit mardi devant la commission d'enquête avoir pris la décision.

"Le nouveau monde a perdu toute crédibilité", a-t-il dit sur Twitter.

Le chef de file de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, y voit le signe de l'"arrogance" du président.

"E. #Macron fait le malin devant ses troupes à Saint-Germain-des-Prés et prétend tout assumer ? En fait il se cache et refuse de s'adresser à la Nation ! Les Français ne supporteront pas cette arrogance 4 ans de plus !", a-t-il dit sur Twitter.

Mais pour la majorité, Emmanuel Macron a eu raison de dire qu'il n'était responsable que devant le peuple.

"On a un président de la République qui assume et je trouve ça extrêmement positif, a dit mercredi sur BFM TV Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics.

Pour Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, "le message est que le président de la République est le chef de l'Etat et qu'il ne se défausse pas".

"Le discours du président de la République disant qu'il assumait et surtout disant qu'il n'y aurait pas de République des fusibles qu'il n'allait pas donner des scalps pour faire plaisir à tel ou tel dans l'opinion, je crois que c'est un discours très fort", a-t-elle dit sur franceinfo.

(Yann Le Guernigou et Yves Clarisse)

19 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • JOG58
    25 juillet18:22

    même ses propres sympathisants sont depités par ce mode de fonctionnement, de mauvaise fois denullité. Il va vite se ramasser et ses troupes avec lui

    Signaler un abus

  • loco93
    25 juillet16:26

    Même avec un contre pouvoir qui fonctionne un peu prés (média, opposition, association...), les conditionnés et les cerveaux lavés ne manquent pas, alors imaginez sans... on serait tous des chévres à légitimer toutes formes de violences, à commencer par la violence sociale, les ordonnances? Je suis le candidat de l'anti systéme déclaré l'ancien banquier pendant sa campagne électorale!!

    Signaler un abus

  • janaliz
    25 juillet13:18

    Ma grand mère aurait dit que c'était un effronté, ce qui dans son propos voulait tout dire. Moi j'ai d'autres qualificatifs...

    Signaler un abus

  • jpam
    25 juillet12:38

    Les adorateurs de Jupiter semblent à la peine... Essayer de minimiser ce scandale, essayer de justifier l'injustifiable (Avantages, prébendes, salaire mirobolant, protection au plus haut niveau pour ce M. Benaihla ), vmcfb ose même écrire à propos de la presse : "chercher le scandale à tout prix, même là où il n'y a rien." Ca ose tout un LREM, c'est même à ça qu'on les reconnait.... RIRES !!!!

    Signaler un abus

  • jean-648
    25 juillet12:23

    à vmcfb le Benalla en a fait bien d'autres. Armé, fausse carte de policier, tabassage de manifestants ect... vous auriez fait la moitié de ce qu'il a fait , vous iriez en taule.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.