Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bê! Les chèvres préfèrent les gens heureux

AFP29/08/2018 à 13:00

Les chèvres préfèrent les visages souriants aux visages en colère ( AFP/Archives / Oli SCARFF )

Les chèvres sont capables de distinguer différentes expressions humaines et elles préfèrent les visages souriants aux visages en colère, révèle une étude publiée mercredi.

"Nous savions déjà que les chèvres étaient très attentives au langage corporel humain mais nous ne savions pas comment elles réagissaient à certaines expressions comme la colère ou le bonheur", explique à l'AFP Christian Nawroth, premier auteur de cette étude publiée dans Royal Society Open Science.

"Nous montrons pour la première fois que les chèvres sont non seulement capables de distinguer ces expressions mais aussi qu'elles préfèrent interagir avec les visages heureux", ajoute ce biologiste qui travaillait à l'Université Queen Mary de Londres lorsque l'expérience a été réalisée en 2016.

La chèvre n'est pas le seul mammifère à reconnaître les émotions humaines.

Les chiens, domestiqués depuis la préhistoire, savent très bien reconnaître les expressions des visages. Récemment, des recherches ont montré que les chevaux pouvaient eux aussi décrypter les expressions faciales humaines et s'en souvenir.

Ces deux espèces "ont été domestiquées pour coopérer avec les hommes dans divers contextes comme la chasse, la protection, le déplacement", souligne l'étude. La perception des expressions faciales humaines est probablement le fruit d'une adaptation des deux espèces à "ces contextes coopératifs".

Pour leur part, "les chèvres ont été uniquement domestiquées pour fournir différents produits destinés à l'homme". Les efforts de sélection ont porté sur la taille, la reproduction, la production de lait, etc.

L'équipe de chercheurs a observé le comportement de 20 chèvres face à des images de visages humains. Ces ruminants vivent dans le sanctuaire Buttercups qui leur est dédié, dans le Kent (Royaume-Uni).

L'expérience, répétée plusieurs fois, avec le visage d'une femme puis avec celui d'un homme, s'est déroulée dans un espace clos dans lequel les biquettes étaient libres de se déplacer.

A chaque fois, on leur soumettait deux images noir et blanc de la même personne, affichant une mine réjouie ou un air contrarié. Et les chèvres ont préféré interagir avec les sourires.

La réaction des biquettes n'a pas été influencée par le sexe de la personne.

En moyenne, les chèvres ont passé 50% de temps de plus à regarder et interagir avec l'image du visage joyeux (1,4 seconde) qu'avec l'image de la face colérique (0,9 seconde), précise Christian Nawroth, qui travaille à présent en Allemagne.

"Cette étude a d'importantes implications sur la façon dont nous nous comportons avec les animaux de ferme et d'autres espèces, car la capacité des animaux à percevoir les émotions humaines pourrait être plus répandue qu'on ne le pensait", conclut Alan McElligott, de l'université Queen Mary de Londres, qui a dirigé ces recherches.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.