1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Basket - Euro : que mangent les Bleus ?

Le Point06/09/2015 à 11:22

À table, les Bleus de Tony Parker et Boris Diaw ont le droit la plupart du temps à du poisson ou de la viande blanche, explique le médecin de l'équipe de France, Serge Petuya.

À la différence de l'équipe de France de football, les basketteurs tricolores ne disposent pas d'un chef qui leur prépare des plats pendant les grandes compétitions. Les coéquipiers de Tony Parker s'en remettent au docteur de la sélection nationale, Serge Petuya. C'est lui qui établit les programmes en matière de nutrition. Deux à trois mois avant les grandes compétitions, il envoie aux hôtels ses menus et ses préconisations. "Nous travaillons en amont afin que les cuisiniers des hôtels aient le temps de s'adapter", assure-t-il. Le docteur, qui travaille avec l'équipe de France depuis 2005, revient sur les grands principes qui définissent l'alimentation des Bleus. Il explique aussi l'adaptation constante dont il doit faire preuve afin de contenter toute l'équipe, tant les goûts sont parfois différents.

Les grands principes. "La plupart du temps, on sert du poisson ou de la viande blanche. Les joueurs ont ensuite le choix entre deux féculents différents et des légumes. En règle générale, deux fois par semaine, on propose de la viande rouge. Enfin, environ tous les dix jours, on se "lâche" avec un menu plus calorique, comme une entrecôte et parfois des frites."

Le repas type un jour de match. "Il faut veiller à l'apport en sucres lents. Aujourd'hui par exemple (l'interview a été réalisée quelques heures avant un match de préparation, NDLR), le plat principal se compose de poulet rôti,...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer