1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Barnier: un Brexit sans accord devient "chaque jour plus probable"
AFP02/04/2019 à 11:08

Le négociateur de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, le 19 mars à la Commission européenne à Bruxelles ( AFP/Archives / EMMANUEL DUNAND )

Une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'UE devient "chaque jour plus probable", a mis en garde mardi le négociateur de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, au lendemain d'une nouvelle série de votes indicatifs au parlement britannique.

"Un Brexit sans accord n'a jamais été mon souhait mais il devient chaque jour plus probable", a affirmé M. Barnier lors d'une conférence organisée par le think tank EPC, à Bruxelles.

"L'UE des 27 (c'est-à-dire tous les Etats membres de l'Union excepté le Royaume-Uni, ndlr) est maintenant prête" à cette éventualité, a-t-il prévenu.

"N'oublions pas d'abord que nous avons déjà un accord, et il a été conclu par Theresa May, le gouvernement britannique, le Conseil européen et le Parlement européen le 25 novembre dernier, il y a quatre mois", a rappelé M. Barnier.

"Nous avons essayé de faire en sorte que le Royaume-Uni puisse quitter l'UE le 29 mars, comme le Royaume-Uni l'avait prévu... Si le Royaume-Uni veut toujours quitter l'UE d'une manière ordonnée, cet accord, ce traité, est et sera le seul", a-t-il continué.

"Si le parlement britannique ne vote pas en faveur de l'accord de retrait dans les prochains jours, il ne restera plus que deux options: partir sans accord ou demander une prorogation plus longue de la période de l'article 50. Ce serait la responsabilité du gouvernement britannique de choisir entre ces deux options", a-t-il ajouté.

La date butoir du Brexit est actuellement fixée au 12 avril, si les députés britanniques n'approuvent pas le traité de retrait.

"Une telle extension comporterait des risques importants pour l'UE, d'où la nécessité d'une justification solide", a-t-il continué.

"De nombreuses entreprises de l'UE nous mettent en garde contre le coût de l'extension de l'incertitude. Il y aurait également un coût politique. Si le Royaume-Uni est toujours membre le 23 mai (date du début des élections européennes, ndlr), il devra organiser des élections (européennes, ndlr)", a-t-il remarqué.

Le Royaume-Uni se trouvait dans l'impasse mardi à dix jours de sa sortie de l'Union européenne, après le rejet lundi soir par les députés britanniques de toutes les alternatives proposées à l'accord de Brexit du gouvernement.

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ppsoft
    02 avril17:28

    @doussine : vous verrez bien. Il y a une (belle) vie en dehors de l'UE. :)

    Signaler un abus

  • doussine
    02 avril12:47

    @jerom16 oui vous avez raison sur une chose. Le roy uni va devenir l'angleterre avec que les ecossais, les irlandais etc. ouraont claquer la porte :-) jolis reve de grandeur. Ils voulaient reprendre le controle, ils auront l'inverse et comme le dise les brexiters aux memes ca prendra une generation . Ca promet !

    Signaler un abus

  • jerom216
    02 avril12:15

    MDR,on quitte pas un monde défaillant comme ça,l'Angleterre a toujours été un pays a part,et on pari qu'avec le "no deal" les anglais irons chercher les relais de croissance ailleurs,avec les asiatiques,les indiens,l'oncle sam !laissons la vieille Europe aux mains des technocrates et finir le travail de rejet qu'inspire Bruxelles est ses institutions !

    Signaler un abus

  • doussine
    02 avril12:13

    @ppsoft vous répétez des choses que vous ne semblez pas bien saisir. De quels accords internationaux parlez vous: le Pérou, les iles Fidji? ou bien de celui avec les US et la Chine? Dans le premiers cas ca ne represente rien ou presque et dans le second le RU va se faire manger tout cru :-)

    Signaler un abus

  • ppsoft
    02 avril11:47

    Je n'ai aucune inquiétude sur l'avenir du RU. Maintenir des accords, c'est garder le boulet de l'UE au pied. Le RU étabira des partenariats internationaux où il pourra protéger ses intérêts, ce que ne nous permet pas le carcan administratif de l'UE. On en reparle dans 2 ans...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer