1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Barack Obama contraint de cohabiter avec un Congrès républicain

Reuters05/11/2014 à 12:40

LES RÉPUBLICAINS PRENNENT LE CONTRÔLE DU SÉNAT AMÉRICAIN

par Steve Holland et John Whitesides

WASHINGTON (Reuters) - Les républicains se sont emparés mardi de la majorité au Sénat et ont confirmé leur domination sur la Chambre des représentants lors des élections de mi-mandat qui obligent Barack Obama à cohabiter avec un Congrès hostile pendant les deux dernières années de son second mandat.

Le succès du Grand Old Party (GOP) est sans équivoque et il peut être interprété comme une sanction des électeurs à l'égard d'un chef de l'Etat cerné par les crises et dont l'impopularité a incité certains candidats de son camp à se passer de son soutien.

Lorsque le nouveau Congrès entrera en fonction en janvier, il sera totalement aux mains des républicains, une première depuis les élections de 2006.

La prise de la chambre haute, largement attendue, va considérablement restreindre la marge de manoeuvre dont bénéficiait Barack Obama: il devra se contenter de mesures réglementaires n'exigeant pas d'approbation législative ou se concentrer sur des questions ayant l'aval des deux camps comme les accords commerciaux ou la réforme fiscale.

Cela va en outre constituer un test de la capacité du président américain à trouver des compromis avec des adversaires qui n'ont cessé de combattre avec acharnement ses réformes depuis son arrivée à la Maison blanche en 2009.

Ce succès des républicains pourrait également s'accompagner de quelques remplacements dans le personnel présidentiel qui est apparu usé par le pouvoir et à bout de souffle.

Le président a pris note du changement et a convoqué les chefs de file des deux partis vendredi à la Maison blanche pour discuter du nouveau paysage politique américain.

CHERCHER DES PARTENAIRES À CAPITOL HILL

Anticipant la défaite, la présidence avait annoncé avant même la publication des résultats qu'Obama continuerait à chercher des terrains d'entente avec le Congrès dans des domaines comme le commerce ou les infrastructures.

"Le président va continuer à chercher des partenaires à Capitol Hill, démocrates et républicains, qui veulent travailler avec lui sur une politique bénéficiant aux familles de la classe moyenne", a expliqué le porte-parole Josh Earnest, mardi.

Dans le nouveau dialogue qu'il va devoir nouer avec la chambre haute, Barack Obama va retrouver un visage connu, celui du sénateur républicain du Kentucky, Mitch McConnell, vainqueur à l'arraché face à la démocrate Alison Lundergan Grimes et futur leader de la nouvelle majorité sénatoriale.

"Les choses ne changent pas du jour au lendemain. Le président ne va pas se réveiller demain et voir le monde d'une manière différente de celle dont il le voyait ce matin. Il sait que c'est la même chose pour moi. Mais nous avons une obligation de travailler ensemble sur des questions où nous pouvons nous entendre", a prévenu McConnell lors d'une déclaration faite à Louisville.

La victoire des républicains s'est construite grâce à des succès dans des Etats a priori favorables aux démocrates, comme la Caroline du Nord, ou dans des circonscriptions disputées, comme dans le Kansas.

Huit des dix sièges de sénateurs qui étaient donnés comme incertains sont tombés dans l'escarcelle des républicains qui avaient besoin de seulement six sièges supplémentaires pour obtenir la majorité.

Le scrutin dans l'Iowa a été symbolique de la réussite du GOP lors de ces "midterms", la candidate républicaine Joni Ernst l'emportant face au démocrate Bruce Braley tandis que Thom Tillis battait le sortant démocrate Kay Hagan en Caroline du Nord.

Les républicains ont également pris des sièges à leurs adversaires dans le Montana, le Colorado, la Virginie-Occidentale, le Dakota du Sud et l'Arkansas.

GOUVERNER

Lorsque l'euphorie de la victoire sera retombée, le GOP devra apporter la preuve de sa capacité à gouverner après avoir suscité le mécontentement d'une partie de l'électorat par son attitude d'obstruction sur le budget l'an passé qui avait provoqué une fermeture ("shutdown") des administrations fédérales.

Comme l'a reconnu le sénateur Ted Cruz, qui pourrait briguer l'investiture républicaine pour la présidentielle de 2016: "Le peuple américain a éprouvé de la frustration face à ce qui s'est passé à Washington, la responsabilité de gouverner nous incombe désormais", a-t-il dit sur CNN.

Si la conciliation sera indispensable sur certaines questions, l'atmosphère toujours fraîche entre la présidence et le Congrès ne devrait pas se réchauffer au cours des deux prochaines années.

Des batailles partisanes sont prévisibles sur la politique énergétique ou sur la réforme de l'immigration, une mesure que Barack Obama devrait introdui

par Steve Holland et John Whitesides

WASHINGTON (Reuters) - Les républicains se sont emparés mardi de la majorité au Sénat et ont confirmé leur domination sur la Chambre des représentants lors des élections de mi-mandat qui obligent Barack Obama à cohabiter avec un Congrès hostile pendant les deux dernières années de son second mandat.

Le succès du Grand Old Party (GOP) est sans équivoque et il peut être interprété comme une sanction des électeurs à l'égard d'un chef de l'Etat cerné par les crises et dont l'impopularité a incité certains candidats de son camp à se passer de son soutien.

Lorsque le nouveau Congrès entrera en fonction en janvier, il sera totalement aux mains des républicains, une première depuis les élections de 2006.

La prise de la chambre haute, largement attendue, va considérablement restreindre la marge de manoeuvre dont bénéficiait Barack Obama: il devra se contenter de mesures réglementaires n'exigeant pas d'approbation législative ou se concentrer sur des questions ayant l'aval des deux camps comme les accords commerciaux ou la réforme fiscale.

Cela va en outre constituer un test de la capacité du président américain à trouver des compromis avec des adversaires qui n'ont cessé de combattre avec acharnement ses réformes depuis son arrivée à la Maison blanche en 2009.

Ce succès des républicains pourrait également s'accompagner de quelques remplacements dans le personnel présidentiel qui est apparu usé par le pouvoir et à bout de souffle.

Le président a pris note du changement et a convoqué les chefs de file des deux partis vendredi à la Maison blanche pour discuter du nouveau paysage politique américain.

CHERCHER DES PARTENAIRES À CAPITOL HILL

Anticipant la défaite, la présidence avait annoncé avant même la publication des résultats qu'Obama continuerait à chercher des terrains d'entente avec le Congrès dans des domaines comme le commerce ou les infrastructures.

"Le président va continuer à chercher des partenaires à Capitol Hill, démocrates et républicains, qui veulent travailler avec lui sur une politique bénéficiant aux familles de la classe moyenne", a expliqué le porte-parole Josh Earnest, mardi.

Dans le nouveau dialogue qu'il va devoir nouer avec la chambre haute, Barack Obama va retrouver un visage connu, celui du sénateur républicain du Kentucky, Mitch McConnell, vainqueur à l'arraché face à la démocrate Alison Lundergan Grimes et futur leader de la nouvelle majorité sénatoriale.

"Les choses ne changent pas du jour au lendemain. Le président ne va pas se réveiller demain et voir le monde d'une manière différente de celle dont il le voyait ce matin. Il sait que c'est la même chose pour moi. Mais nous avons une obligation de travailler ensemble sur des questions où nous pouvons nous entendre", a prévenu McConnell lors d'une déclaration faite à Louisville.

La victoire des républicains s'est construite grâce à des succès dans des Etats a priori favorables aux démocrates, comme la Caroline du Nord, ou dans des circonscriptions disputées, comme dans le Kansas.

Huit des dix sièges de sénateurs qui étaient donnés comme incertains sont tombés dans l'escarcelle des républicains qui avaient besoin de seulement six sièges supplémentaires pour obtenir la majorité.

Le scrutin dans l'Iowa a été symbolique de la réussite du GOP lors de ces "midterms", la candidate républicaine Joni Ernst l'emportant face au démocrate Bruce Braley tandis que Thom Tillis battait le sortant démocrate Kay Hagan en Caroline du Nord.

Les républicains ont également pris des sièges à leurs adversaires dans le Montana, le Colorado, la Virginie-Occidentale, le Dakota du Sud et l'Arkansas.

GOUVERNER

Lorsque l'euphorie de la victoire sera retombée, le GOP devra apporter la preuve de sa capacité à gouverner après avoir suscité le mécontentement d'une partie de l'électorat par son attitude d'obstruction sur le budget l'an passé qui avait provoqué une fermeture ("shutdown") des administrations fédérales.

Comme l'a reconnu le sénateur Ted Cruz, qui pourrait briguer l'investiture républicaine pour la présidentielle de 2016: "Le peuple américain a éprouvé de la frustration face à ce qui s'est passé à Washington, la responsabilité de gouverner nous incombe désormais", a-t-il dit sur CNN.

Si la conciliation sera indispensable sur certaines questions, l'atmosphère toujours fraîche entre la présidence et le Congrès ne devrait pas se réchauffer au cours des deux prochaines années.

Des batailles partisanes sont prévisibles sur la politique énergétique ou sur la réforme de l'immigration, une mesure que Barack Obama devrait introduire d'ici la fin de l'année afin d'éviter l'expulsion de certains migrants sans papiers.

Ancien porte-parole de la présidence, Jay Carney, a estimé que le président américain devrait jouer son va-tout sur les sujets essentiels sans tenir compte de la nouvelle configuration du Congrès.

Pour expliquer cette défaite annoncée, Obama et plusieurs conseillers de la Maison blanche ont rappelé que la carte électorale de ces "midterms" n'était pas favorable au camp présidentiel.

De nombreux sièges remis en jeu se trouvaient dans des circonscriptions conservatrices qu'Obama avait déjà perdues lors de sa réélection en 2012.

(Pierre Sérisier pour le service français)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dotcom1
    05 novembre12:23

    Bientôt rejoint par la France, annonce ce soir.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.