1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Banques-Les nouvelles règles de Bâle doivent être modifiées-Villeroy (BCE)
Reuters29/11/2016 à 21:01

    PARIS, 29 novembre (Reuters) - François Villeroy de Galhau, 
membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale 
européenne (BCE), a déclaré que le projet de nouvelles règles 
mondiales en cours de négociations sur les fonds propres des 
banques devait être modifié. 
    Les responsables de la régulation financière internationale 
se réunissent depuis lundi au Chili pour finaliser des règles de 
capitalisation plus contraignantes pour les banques mises en 
oeuvre à la suite de la crise financière de 2008 et connues sous 
le nom de règles de Bâle. Ces négociations se déroulent dans un 
contexte de tension entre les deux rives de l'Atlantique. 
    "Depuis la crise financière de 2008, les règles ont permis 
de rendre les banques françaises plus solides, et c'est une 
bonne chose", a-t-il dit dans un entretien à la Nouvelle 
République du Centre qui sera publié mercredi.  
    "Mais dans le cadre des négociations en cours au sein du 
Comité de Bâle sont proposées de nouvelles règles, d'inspiration 
plutôt américaine, qui pénaliseraient l'investissement et la 
croissance en Europe en freinant le crédit. Il faut donc 
modifier la copie si l'on veut arriver à un accord." 
    "Aujourd'hui, nous avons un crédit bancaire dynamique en 
France, dont les volumes augmentent de près de 5% par an. Il ne 
faut pas que demain nous ayons plus de mal à financer nos 
entreprises à cause d'une réglementation excessive." 
 
 (Leigh Thomas, Juliette Rouillon pour le service français, 
édité par Matthieu Protard) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer