Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Banques-La BCE veut plus de provisions sur les prêts douteux

Reuters04/10/2017 à 10:22

LA BCE VEUT PLUS DE PROVISIONS SUR LES PRÊTS DOUTEUX

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) va demander aux banques européennes d'augmenter leurs provisions sur leurs nouvelles créances douteuses à compter de l'année prochaine afin d'enrayer un problème qui entrave le crédit et ne permet pas aux taux d'intérêt ultra-bas de produire leur plein effet dans le soutien à l'économie.

A partir du 1er janvier, les banques auront deux ans pour provisionner toutes leurs créances non garanties nouvellement qualifiées en catégories douteuses et irrécouvrables et sept ans pour les créances garanties et nouvellement qualifiées aussi.

"De plus les banques devront expliquer aux régulateurs toute déviation par rapport aux instructions", a dit la BCE. "Sur la base des explications fournies par les banques, la BCE examinera la nécessité de mesures de supervision additionnelles."

Ne seront pas concernées par ces mesures les créances douteuses et irrécouvrables déjà comptabilisées, qui atteignent près du millier de milliards d'euros. La BCE a toutefois précisé qu'elle pourrait présenter de nouvelles dispositions concernant ce stock de créances douteuses avant la fin du premier trimestre 2018.

Comme le marché des créances douteuses est très limité, les revendre se fait à perte, ce qui impose ultérieusement de lever des capitaux, un exercice onéreux pour des établissements dont les valorisations boursières sont faibles.

Le taux de couverture des créances douteuses était de 45% en moyenne au premier trimestre dans le secteur bancaire de la zone euro. La Grèce, l'Italie et Chypre détiennent la plus grande partie de ces créances, ce qui en fait les pays les plus exposés à la nouvelle initiative de la BCE.

Ces créances représentaient 263 milliards d'euros dans le secteur bancaire italien à la fin du premier trimestre, avec un taux de couverture de 48,5%, et 101,8 milliards d'euros en Grèce, soit la moitié de l'encours total de créances.

La BCE procèdera à des consultations publiques sur ces propositions jusqu'au 8 décembre.

Les provisions seront augmentées progressivement, suivant une progression linéaire jusqu'à 100%. Le provisionnement réel, au début d'une période donnée, pourra être supérieur à la norme si la réglementation locale l'exige.

Si une partie de la créance est garantie et l'autre pas, le BCE appliquera des calendriers différents pour chacune d'entre elle.

(Balazs Koranyi, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlcbnb
    04 octobre14:22

    définition de prêts douteux : prêts qui ne seront pas honorés en intérêt et en capital. Les emprunts d'état ne sont ils pas douteux, puisque leur remboursement se fait par de nouveaux emprunts que les banques privées doivent replacer auprès de nous, directement ou indirectement (fond de pension, assurance, etc).

    Signaler un abus

  • guerber3
    04 octobre11:37

    Entre voyous, ça devrait s' arranger...!

    Signaler un abus

  • dan197
    04 octobre10:06

    Disons que la BCE et les ma...fias entravent l'Union Européenne, simple vérité vaut mieux que le mot démocratie !!!!On ne censure pas sur la vérité !

    Signaler un abus

  • y.batard
    04 octobre09:59

    Beh, pourtant, Draghi, Villeroy de Galhau (sorry pour orthographe), Oudéa et consorts nous répètent que le secteur bancaire européen va bien mieux qu'avant la crise...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.