Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Baisse du déficit: «un effet purement conjoncturel»
information fournie par Le Point 26/03/2018 à 16:43

Pour la première fois depuis 2007, le déficit public est repassé l'an dernier sous la barre des 3 % du PIB. Selon les chiffres rendus publics par l'Insee lundi matin, le trou entre les recettes et les dépenses publiques de la France s'est réduit à 2,6 % du PIB, soit 59,3 milliards d'euros, contre un objectif de 2,9 %. François Ecalle, expert des finances publiques et créateur du site spécialisé sur l'analyse des comptes publics Fipeco, décrypte cette amélioration. Et explique pourquoi il faudrait, selon lui, affecter cette « bonne fortune fiscale » au désendettement.

Le Point : Pourquoi le déficit public est-il meilleur que prévu ?

François Ecalle : Il est meilleur que prévu alors que la croissance des dépenses publiques, de 2,5 %, est bien plus élevée que ce qui était prévu dans le projet de loi de finances initial de 2017, à 1,6 %, et même dans la prévision inscrite dans le projet de loi de finances de 2018, de 1,8 %. Elles ont finalement augmenté de 2,5 %. Cela résulte donc des recettes fiscales en forte augmentation. Cela ne vient pas tant de mesures nouvelles, qui sont de l'ordre de 2 milliards d'euros, que de ce que les spécialistes appellent « l'élasticité » des recettes fiscales : lorsque la croissance repart, celles-ci, et notamment celles issues de...

10 commentaires

  • 27 mars 09:58

    Et si l'on parlait de vrais chiffres. Les revenus annuels de l'état sont de l'ordre de 300 milliards, mais il a besoin d'au moins 60 milliards de plus, donc le déficit annuel est d'environ 20 %. Les 3%/PIB c'est pour enfumer les électeurs.


Signaler le commentaire

Fermer