Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Baisse de charges partagée entre emploi et compétitivité

Reuters11/03/2014 à 19:07

LA FUTURE BAISSE DU COÛT DU TRAVAIL SERA RÉPARTIE ENTRE L?EMPLOI ET LA COMPÉTITIVITÉ

PARIS (Reuters) - La future baisse de 10 milliards d'euros du coût du travail en France devrait aller dans une proportion presque équivalente vers les bas salaires, pour doper l'emploi, et vers un soutien à la compétitivité des entreprises, à travers les salaires plus élevés, a-t-on appris mardi dans l'entourage du chef de l'Etat.

L'équilibre n'est pas encore fixé et les consultations se poursuivent, notamment avec le patronat, mais l'objectif est d'accentuer l'aide aux entreprises les plus confrontées à la concurrence mondiale, en plus du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) qui atteindra 20 milliards en 2015.

Pour les 10 milliards supplémentaires promis aux entreprises, "ce sera un mix: moitié compétitivité, moitié emploi", a-t-on déclaré mardi dans l'entourage du président.

Une autre source à l'Elysée a précisé que "sur les proportions entre les aides, ce n'est pas encore arbitré et selon les mécanismes qui seront choisis, il y a encore une zone d'incertitude", tout en confirmant que la répartition pourrait au final ne pas être très éloignée de 50-50.

Pour les bas salaires, le levier le plus efficace pour la création d'emplois, la présidence de la République évoque une modification des allègements "Fillon" de cotisations sociales qui vont jusqu'à 1,6 smic.

"Sur la feuille de paie, l'employeur verra exactement quel est le niveau des cotisations sociales payées et autour du smic, on va arriver à un niveau de quasiment zéro. C'est important, la lisibilité", a-t-on expliqué.

RÉPONSES AVANT LA FIN MARS

Le débat est vif au sein du patronat sur le ciblage de la baisse supplémentaire de 10 milliards d'euros du coût du travail promise par François Hollande.

Les petites entreprises préfèrent les baisses sur les bas salaires car elles en comptent davantage, tandis que les plus grandes veulent doper leur compétitivité en touchant les hauts.

Le Medef a proposé de conserver le CICE et les allègements "Fillon" et de diviser par deux les cotisations famille d'ici 2017, pour baisser le coût du travail sur toute l'échelle des salaires.

"Nous préconisons une mesure simple qui consisterait à affecter les 10 milliards d'allègements supplémentaires à une baisse uniforme des cotisations famille, applicable à tous les salaires", plaident mardi Jean-François Dehecq, vice-président du Conseil national de l'industrie, Frédéric Saint-Geours, président du Groupe des fédérations industrielles et Philippe Varin, président du Cercle de l'industrie dans une tribune dans le quotidien Les Echos.

François Hollande a demandé mardi dans un discours sur l'emploi des jeunes une mise en oeuvre rapide du "pacte de responsabilité", appelé à être présenté au Parlement fin avril.

"L'Etat va faire connaître très rapidement les allègements du coût du travail et ensuite il aura à faire en sorte les employeurs puissent avoir la visibilité indispensable sur leurs prélèvements et les conditions de leur activité", a-t-il dit.

"Il faut que ce soit cristallisé à la fin du mois, maintenant il faut qu'on aille vite", insiste son entourage.

(Elizabeth Pineau, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.