Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bachar al Assad prêt à coopérer avec Trump contre les islamistes

Reuters15/11/2016 à 23:40
 (Ajoute autres déclarations d'Assad, interview de De Mistura) 
    AMMAN, 15 novembre (Reuters) - Le président syrien Bachar al 
Assad s'est dit prêt mardi à coopérer avec le futur président 
américain Donald Trump dans la lutte contre les islamistes, 
ajoutant qu'il fallait "attendre de voir" si le prochain 
locataire de la Maison blanche allait changer la politique 
américaine vis-à-vis de la Syrie.  
    Réagissant pour la première fois à l'élection du 
milliardaire à la présidence américaine il y a une semaine, 
Bachar al Assad a jugé que Donald Trump avait tenu des propos 
prometteurs sur la nécessité de combattre les islamistes en 
Syrie, "mais pourra-t-il tenir sa promesse ?" a-t-il dit. 
     "Que deviennent les forces contraires au sein de 
l'administration", a déclaré le président syrien, évoquant "des 
lobbies et des puissances" rivaux lors d'une interview à une 
chaîne de télévision portugaise, dont des extraits ont été 
diffusés par la télévision d'Etat syrienne. 
    "C'est pour cette raison que nous sommes très prudents dans 
notre jugement à son égard (...) mais disons que s'il combat les 
terroristes, bien sûr, nous serons ses alliés, un allié naturel 
avec les Russes, les Iraniens", a ajouté Bachar al Assad.  
    Pendant sa campagne, Donald Trump s'est interrogé sur la 
pertinence de soutenir les rebelles, il a minimisé le but 
officiel de Washington, qui réclame le départ de Bachar al 
Assad, et il a aussi observé que s'il n'aimait pas le président 
syrien, "Assad tue l'EI" avec l'Iran et la Russie.  
    Dans une interview à la BBC, l'envoyé spécial des Nations 
unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, estime que le président 
élu américain a raison de vouloir travailler avec la Russie 
contre l'Etat islamique en Syrie, mais il l'exhorte aussi à 
favoriser des réformes politiques pour empêcher le groupe 
djihadiste de recruter davantage.  
    Une victoire à long terme contre l'EI requiert une "approche 
complètement nouvelle", fait valoir le diplomate italo-suédois. 
"En d'autres termes, une sorte de décentralisation politique en 
Syrie. Autrement, beaucoup d'autres gens, malheureux en Syrie, 
pourraient rejoindre Daech alors qu'ils sont en train de 
combattre Daech", dit-il, employant l'acronyme arabe de l'EI.  
    Staffan de Mistura n'explique pas en détail ce qu'il entend 
par décentralisation mais estime que ce thème devrait occuper 
une place centrale dans les futures discussions entre Moscou et 
Washington sur la Syrie.  
    Il évoque un système décentralisé à l'irakienne, où les 
Kurdes auraient une certaine autonomie et où les musulmans 
sunnites ne se sentiraient pas privés de leurs droits.  
    Anas al Abdah, président de la Coalition nationale syrienne 
(opposition), a réagi aux propos de l'émissaire en soulignant 
que toutes les parties avaient accepté que la transition 
politique soit le but de toute négociation. 
    "Revenir là-dessus serait dangereux et contre-productif", 
a-t-il dit à Reuters. "La décentralisation (...) ne peut 
certainement pas remplacer la principale exigence des Syriens: 
qu'Assad, qui a assassiné des centaines de milliers de ses 
propres concitoyens, démissionne." 
 
 (Suleiman al Khalidi; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.