1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bac : la révolution du contrôle continu débute dans un contexte explosif
Le Parisien20/01/2020 à 10:58

Bac : la révolution du contrôle continu débute dans un contexte explosif

Des manuels et des cahiers qui volent et s'écrasent sur les marches des rectorats, danse sinistre de papiers orchestrée par des professeurs ulcérés. La scène s'est répétée ces derniers jours, place de la Sorbonne à Paris, à Toulouse, à Clermont-Ferrand, à Caen et Versailles... Symbole fort télégénique, présage fort inquiétant aussi. Le nouveau bac, qui devient réalité cette semaine pour les 526 000 élèves de 1re générale et technologique, risque de passer un sale quart d'heure.

Une partie des enseignants vont boycotter les premières épreuves de contrôle continu, qui doivent être organisées dans chaque lycée à compter de lundi 20 janvier. « Leur capacité de blocage est réelle », prévient un proviseur de l'académie de Créteil, qui a demandé de l'aide aux inspecteurs régionaux pour organiser son examen d'anglais - les professeurs sur place ont refusé de choisir le sujet, « quitte à mettre en difficulté leurs élèves », regrette le proviseur.

Samedi, des incidents ont éclaté dans un lycée de Clermont-Ferrand, où des épreuves étaient organisées, et des élèves n'ont pas pu composer en raison de l'irruption de 300 militants à l'appel de l'intersyndicale CGT-Education. Un épisode qualifié de scandaleux par le ministre Jean-Michel Blanquer, interrogé ce dimanche au micro de « Questions politiques », sur France Inter. Jean-Michel Blanquer a dénoncé une minorité radicale en train d'essayer d'arriver à ce climat de tensions dont il dénonce les intentions politiques.

Si l'ampleur de la fronde s'explique en partie par un contexte explosif, dans une profession à bout de nerfs, elle répond aussi à l'enjeu de la réforme : une véritable révolution. Les lycées, qui ont déjà enterré les filières, en septembre, au profit de spécialités choisies à la carte, étrennent maintenant une évaluation calquée sur les partiels universitaires. « La France était atypique avec ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M9946587
    19 janvier23:14

    Les syndicats enseignants cherchent systématiquement le rapport de force pour pouvoir ensuite faire la loi dans les conseils d'administration où les proviseurs les craignent... Pauvre France...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer