Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ayrault veut des propositions sur les contreparties au pacte

Reuters30/01/2014 à 15:58

JEAN-MARC AYRAULT VEUT DES PROPOSITIONS SUR LES CONTREPARTIES AU PACTE

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a demandé jeudi aux partenaires sociaux de faire des propositions d'ici un mois sur les contreparties liées au "pacte de responsabilité" censé relancer la croissance en réduisant les prélèvements sur les entreprises françaises.

Lors d'une déclaration à Matignon, où il a consulté patronat et syndicats toute la semaine, le Premier ministre a dit son intention d'adresser "dans les tous prochains jours" une lettre demandant aux partenaires sociaux de "faire part de leurs propositions de méthode et d'objectifs sur les contreparties au plus tard dans un délai d'un mois".

Un observatoire des contreparties "sera mis en place prochainement", a-t-il.

Sur les trois autres chantiers du "pacte" - baisse des charges des entreprises, simplification et réforme de la fiscalité -, Jean-Marc Ayrault a annoncé que des "propositions précises seraient présentées en mars.

"Il faut maintenant aller vite", a souligné le Premier ministre.

Les syndicats veulent des objectifs chiffrés en terme d'embauches en échange des baisses de prélèvements, mais le patronat refuse de s'engager sur ce point.

Selon un sondage Viavoice-BPCE pour Les Echos et France Info publié jeudi, 49 % des Français estiment que l'exécutif a "raison de proposer un tel pacte aux entreprises", contre 23 % qui sont d'un avis inverse, tandis que 28% ne se prononcent pas.

L'adhésion au pacte repose surtout sur un clivage sociologique entre "France d'en haut" et "France d'en bas". En effet, 59% des catégories aisées (chefs d'entreprise, cadres, professions intermédiaires), y sont favorables, mais seulement 42% des employés et ouvriers.

UN MILLION D'EMPLOIS ?

Jean-Marc Ayrault a terminé dans la matinée avec la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) et l'Unsa les consultations des partenaires sociaux entamées lundi.

"Si on veut maintenir l'accueil positif du pacte par les PME, il faut des mesures rapides", a souligné à sa sortie Jean-François Roubaud, le président de la CGPME.

Les consultations visant à mettre en oeuvre ce plan de 30 milliards d'euros, dont le Medef réclame le doublement, ont démontré la difficulté du dialogue social alors que François Hollande a reconnu son échec d'inverser fin 2013 la courbe du chômage, ralentie mais toujours ascendante.

Force ouvrière et la CGT ont dénoncé l'absence de contreparties demandées au patronat en échange d'une baisse des cotisations.

Le Medef estime quant à lui que les 30 milliards d'euros proposés par le gouvernement sont insuffisants pour changer la donne sur le terrain.

L'organisation patronale évalue à 116 milliards d'euros le montant des prélèvements à supprimer pour que la France comble son écart de compétitivité avec l'Allemagne et crée un million d'emploi.

Le pacte de responsabilité prévoit d'ajouter d'ici 2017 10 milliards d'euros de baisse de cotisations sociales aux 20 milliards d'euros de baisses d'impôts déjà consentis aux entreprises via le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).

Parallèlement aux négociations sur le "pacte", Jean-Marc Ayrault a lancé mercredi le chantier de la fiscalité des entreprises, indissociable du pacte pour tenter de recréer en France un climat favorable à l'investissement et à l'emploi.

Le Premier ministre a installé mercredi le comité de pilotage des assises de la fiscalité des entreprises promises fin septembre par le chef de l'Etat pour apaiser des patrons qui se jugent pénalisés par le niveau des prélèvements en France.

Jean-Marc Ayrault doit en outre lancer vendredi le groupe de travail sur la remise à plat de la fiscalité des ménages.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.