Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ayrault lance la réflexion sur un rapprochement CSA-Arcep

Reuters21/08/2012 à 20:51

JEAN-MARC AYRAULT LANCE LA RÉFLEXION SUR UN RAPPROCHEMENT CSA-ARCEP

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a lancé mardi une réflexion sur un rapprochement entre les régulateurs des secteurs des télécoms (Arcep) et de l'audiovisuel (CSA), dont les prérogatives risquent d'être mises à mal par le développement de la télévision connectée à internet.

Dans un communiqué, les services du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, annoncent qu'il a demandé à trois de ses ministres (Redressement productif, Culture et Economie numérique) de lui soumettre d'ici fin novembre des propositions sur le sujet.

Il relève que, "face à la convergence des infrastructures numériques, des services et des contenus qu'elles acheminent, des réseaux et des services fixes et mobiles, et des terminaux à l'usage du public, il est aujourd'hui essentiel de s'interroger sur l'efficacité des modes de régulation des communications électroniques et de l'audiovisuel, à l'heure où les contenus audiovisuels sont de plus en plus diffusés par l'internet fixe et mobiles".

Jean-Marc Ayrault souligne plus particulièrement que les programmes des chaînes de télévision traditionnelles sont assortis "d'une régulation des contenus destinée notamment à en assurer la qualité et la diversité, alors que les contenus diffusés via internet font l'objet d'une régulation plus limitée et parfois inadaptée".

Les trois ministres, Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti et Fleur Pellerin, sont invités à coordonner leur réflexion avec la mission menée par Pierre Lescure, l'ancien patron de Canal+, sur la culture face aux enjeux du numérique, avec en toile de fond l'avenir d'Hadopi (Haute autorité de lutte contre le téléchargement illégal).

PIRATAGE "INARRÊTABLE"

Interrogé sur RMC mardi, Pierre Lescure s'est inquiété que, avec la télévision connectée, qui pourrait devenir la norme à un horizon de quatre à cinq ans, "le piratage sera inarrêtable". "Dès lors que vous avez votre écran plat, en quatre clics, vous vous pointez sur un site de téléchargement gratuit", a-t-il dit.

L'Arcep, qui a succédé à l'Autorité de régulation des télécoms (ART) en 2005, a des prérogatives autant techniques qu'économiques, comme de s'assurer du respect de la concurrence dans les télécoms.

Autant gendarme que régulateur des médias audiovisuels, le CSA a de son côté pour mission de "garantir la liberté de communication télévisuelle en France" et doit en outre "veiller à la défense et à l'illustration de la langue et de la culture françaises".

Cela en fait une des "sentinelles" de l'exception culturelle française, un rôle menacé par la télévision connectée.

Nicolas Sarkozy avait défendu lors de la dernière campagne présidentielle une fusion entre l'Arcep et le CSA sur le modèle de l'Ofcom britannique, qui régule la télévision, la téléphonie et internet. Il avait souhaité que les deux autorités conservent toutefois leur identité pour ne décider en commun que des actions touchant l'ensemble des secteurs.

Après avoir combattu cette position, le président du CSA, Michel Boyon, s'y est rangé en appelant dans une tribune publiée en juin à une fusion CSA-Arcep dès 2013.

"L'Arcep est de plus en plus souvent amenée, sans doute à son corps défendant, à prendre position sur des sujets qui n'ont rien à voir avec le droit de la concurrence, comme la neutralité du Net ou la qualité des réseaux. Or ces différentes questions ont forcément des conséquences sur les programmes de télévision et leur distribution", notait-il alors.

Fleur Pellerin a évoqué pour sa part la question en juillet en commission à l'Assemblée nationale. Sans défendre explicitement un rapprochement des deux autorités, elle avait dit vouloir "réfléchir à ce que doit être la régulation du secteur des communications électroniques dans son ensemble, et des médias."

Yann Le Guernigou, édité par Jean-Baptiste Vey

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.