1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Avortement : la « double faute morale et politique» du gouvernement, selon Fillon
Le Parisien20/01/2014 à 17:29

Avortement : la « double faute morale et politique» du gouvernement, selon Fillon

Le droit à l'avortement en France revient dans l'actualité avec le projet de loi sur l'égalité hommes-femmes débattu à partir de lundi à l'Assemblée nationale. L'amendement socialiste au projet modifie les termes de la loi ayant légalisé l'avortement en France : une femme pourrait demander une IVG si elle «ne veut pas poursuivre une grossesse» et non plus parce que «son état (la) place dans une situation de détresse».

Une disposition qui a suscité la colère des manifestants anti-IVG rassemblés dimanche à Paris -- entre 16.000 personnes selon la police et 40.000 selon les organisateurs-- pour leur traditionnelle «marche pour la vie», organisée autour de la date anniversaire de la loi de 1975. 

Si le FN s'est depuis longtemps positionné farouchement contre le droit à «l'avortement de confort» notamment par la voix du N°2 du parti, Louis Aliot, (le député européen FN Bruno Gollnisch était parmi les manifestants à Paris dimanche) d'autres, comme Jean-Louis Borloo (UDI), tout en défendant âprement la loi Veil estiment qu'il n'était pas nécessaire de rouvrir un tel débat.

En Espagne, le projet supprimant quasiment le droit à l'avortement, approuvé le 20 décembre par le gouvernement, a toutes chances d'être adopté au Parlement, où le Parti populaire (droite au pouvoir) dispose de la majorité absolue.

«La boîte de Pandore» de Borloo. Le président de l'UDI s'inquiète de la réouverture d'un débat sur l'avortement. Le groupe centriste va-t-il voter cette disposition ? «On va en parler en réunion de groupe», a déclaré Jean-Louis Borloo lundi matin sur France Inter. «Je n'aurais pas rouvert ce débat, il y a un risque d'ouvrir une boîte de Pandore». Il considère cependant que la modification proposée «n'est pas une affaire d'Etat» ni «un drame». Le député du Nord a recommandé d'être «extrêmement attentifs à toute forme de régression» par rapport à la loi Veil, une «avancée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M2759468
    20 janvier17:17

    Hollande est incapable de régler les vrais problèmes (chômage, pouvoir d'achat..) alors il en crée d'autres : mariage homosexuel,théorie du genre enseignée à l'école, avortement de confort, euthanasie active....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer