Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Avis de gros temps sur les transports avant la Toussaint

Reuters22/10/2012 à 18:50

APPELS À LA GRÈVE À LA SNCF ET À AIR FRANCE POUR LE DÉBUT DES VACANCES DE TOUSSAINT

PARIS (Reuters) - Après le coup de semonce de la CGT le 9 octobre, les syndicats accentuent la pression sur le gouvernement en appelant à la grève à la SNCF et à Air France à la veille des vacances de la Toussaint, pour un "signal d'alarme" sur l'emploi.

A la SNCF, les syndicats CGT, Unsa, SUD-Rail et CFDT ont déposé un préavis de grève du mercredi 24 octobre à 19h00 au vendredi 26 octobre à 08h00.

A Air France, la CGT, premier syndicat de la compagnie aérienne (personnels au sol essentiellement), appelle toutes les catégories de personnel à cesser le travail à partir du vendredi 26 octobre.

Le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, a assuré que tous les trains circuleraient normalement vendredi dès la fin de la grève pour les départs en vacances, les organisations syndicales s'étant engagées à ne pas prolonger le mouvement.

La direction d'Air France se veut également rassurante. Elle affirme que les perturbations se limiteront à quelques retards et que l'ensemble des passagers seront acheminés.

RÉFORME FERROVIAIRE

Dans le secteur ferroviaire, la CGT cheminots dénonce les restructurations à la SNCF qui, selon elle, "désorganisent le service public et la production, cassent le fret, fragilisent l'entreprise intégrée et le statut".

"La direction continue de restructurer comme si de rien n'était alors qu'une réforme va être annoncée", déplore Alain Prouvenq, secrétaire fédéral aux affaires économiques, à la CGT cheminots.

Le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, prépare une loi réformant la gouvernance du rail et le statut social des cheminots, une loi de programmation sur cinq ans attendue au Parlement au deuxième semestre 2013.

Une concertation est prévue avant l'étape législative pour notamment trouver les moyens de réduire la distorsion de concurrence liée aux différences de statuts entre les agents de la SNCF et ceux des entreprises privées comme Euro Cargo Rail ou Colas Rail. L'ouverture à la concurrence en France sera expérimentée sur les lignes TER à l'horizon 2014-2015.

"On attend du gouvernement qu'il rende le système ferroviaire plus efficace, pas qu'il réponde à une possible poursuite de l'ouverture à la concurrence", explique à Reuters Alain Prouvenq.

Sur l'emploi, la CGT estime que 1.600 embauches manquent à l'appel malgré les recrutements annoncés par l'entreprise publique alors que les plans sociaux se multiplient en France.

Guillaume Pepy a affirmé fin septembre que la SNCF se classait deuxième en nombre d'embauches derrière McDonald's avec 10.000 recrutements en 2012: 5.300 au sein de l'Etablissement public industriel et commercial (Epic, maision-mère) et 4.700 dans le reste du groupe.

PLUS DE 5.000 SUPPRESSIONS DE POSTES À AIR FRANCE

"L'opération médiatique a fait long feu. (...) Il n'aura échappé à personne qu'entre les 5.300 recrutements prévus et les 6.900 départs, il manque 1.600 embauches supplémentaires", affirme le syndicat. "On a des recrutements en nombre insuffisant et sur des statuts 'exotiques', pour faire court", insiste Alain Prouvenq.

La direction a en outre proposé une augmentation générale des salaires de 0,5% au 1er septembre, ce que les syndicats jugent insuffisant avec une inflation supérieure à 2% pour 2012.

A Air France-KLM, c'est "Transform 2015", un vaste plan de restructuration lancé en janvier dernier pour réaliser deux milliards d'euros d'économies, qui est en ligne de mire. Air France, largement responsable des pertes du groupe formé avec KLM, prévoit 5.122 suppressions de postes d'ici fin 2014.

L'Etat détient 15,8% d'Air France-KLM, deuxième compagnie aérienne européenne. La dette du groupe s'élevait à 6,24 milliards d'euros au 30 juin dernier.

Les personnels sont soumis à "un véritable rouleau compresseur écrasant sur son passage 60 ans d'histoire sociale", estime la CGT, qui entend tirer le "signal d'alarme".

Les syndicats contestent également la loi Diard de mars 2012 qui étend au transport aérien le texte de 2007 sur la continuité du service public dans les transports de voyageurs.

Elle impose aux grévistes des préavis individuels 48 heures à l'avance et à la compagnie des prévisions de trafic 24 heures avant. La CGT presse la nouvelle majorité de revenir sur une mesure qui nie selon elle le dialogue social.

Sophie Louet, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.