Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Avec les chasseurs inuits, sur la banquise de glace et de fonte
information fournie par AFP 17/06/2024 à 04:48

Le légendaire chasseur inuit d'ours polaires Hjelmer Hammeken part à la chasse au phoque près d'Ittoqqortoormiit dans le fjord de Scoresby au Groenland, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le légendaire chasseur inuit d'ours polaires Hjelmer Hammeken part à la chasse au phoque près d'Ittoqqortoormiit dans le fjord de Scoresby au Groenland, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Sur la banquise, Hjelmer Hammeken a repéré un phoque annelé près de son trou de glace. Camouflé en blanc, il avance à pas lents dans la neige, s'allonge, attend. Quand il tape des pieds, le phoque lève la tête, il tire.

Dans ce paysage lunaire, la bête est immédiatement dépecée. Hjelmer avale un bout de foie cru encore chaud. La récompense du chasseur.

Le chasseur inuit Hjelmer Hammeken vise un phoque annelé près d'Ittoqqortoormiit, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le chasseur inuit Hjelmer Hammeken vise un phoque annelé près d'Ittoqqortoormiit, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

La scène est banale du côté d'Ittoqqortoormiit, près du détroit de Scoresby, le plus grand fjord du monde sur la côte est du Groenland, aux confins de l'Arctique.

Dans ce bourg de 350 habitants aux maisons colorées, tous les hommes chassent - l'ours s'ils sont professionnels, le phoque, le narval ou le bœuf musqué s'ils sont amateurs. C'est un mode de vie ancestral qui se transmet de génération en génération.

Mais depuis une vingtaine d'années, le changement climatique et les quotas mettent peu à peu en péril une tradition qui assure la survie alimentaire et financière des familles inuites.

Les chasseurs inuits  Hjelmer Hammeken (G) et Martin Madsen (D) se partagent le foie d'un phoque annelé tout juste tué près d'Ittoqqortoormiit, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Les chasseurs inuits Hjelmer Hammeken (G) et Martin Madsen (D) se partagent le foie d'un phoque annelé tout juste tué près d'Ittoqqortoormiit, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Pour capter leur quotidien, une journaliste télé et un photographe de l'AFP ont vécu pendant plusieurs jours fin avril avec des chasseurs professionnels d'Ittoqqortoormiit.

- Hjelmer Hammeken, 66 ans, la légende, témoin du changement climatique -

Quand il arrive en traîneau à chiens sur la banquise à la limite avec la mer, Hjelmer impose le respect. C'est le plus grand chasseur d'ours polaires du Groenland: 319 tués en cinquante ans, sept cette année.

Le chasseur inuit professionnel Hjelmer Hammeken près d'Ittoqqortoormiit, dans le fjord de Scoresby, au Groenland, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le chasseur inuit professionnel Hjelmer Hammeken près d'Ittoqqortoormiit, dans le fjord de Scoresby, au Groenland, le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Sa réputation remonte aux années 1980. Il partait alors seul à travers les glaciers du fjord, avec ses chiens, une tente, un peu de ravitaillement, et pouvait ramener jusqu'à trois ours au terme d'une expédition de plusieurs semaines.

C'était l'âge d'or pour les chasseurs professionnels, quand les peaux d'ours se vendaient à l'étranger.

En 2005, des quotas ont été instaurés pour freiner la baisse du nombre d'ours polaires. Trente-cinq en 2024. Et en cette fin avril, ils ont été atteints. C'est pour cela que ce jour-là, Hjelmer chasse le phoque, non soumis aux quotas.

Evolution de la banquise par jour depuis 1979 et cartes montrant les anomalies de concentration de glace sur l'océan par rapport à 1981-2010 pour 6 mois donnés ( AFP / Valentin RAKOVSKY )

Evolution de la banquise par jour depuis 1979 et cartes montrant les anomalies de concentration de glace sur l'océan par rapport à 1981-2010 pour 6 mois donnés ( AFP / Valentin RAKOVSKY )

Sous ses yeux, depuis le début du siècle, le changement climatique a fait son œuvre lentement mais sûrement en Arctique, qui se réchauffe quatre fois plus vite que la moyenne mondiale.

"Avant, on pouvait chasser toute l'année", dit l'homme au regard vif et à la moustache blanche. "En hiver, la glace était plus dure (...) et le fjord ne fondait jamais." Aujourd'hui, la glace est moins épaisse, la banquise moins étendue et le détroit totalement ouvert de mi-juillet à début septembre.

Les chasseurs inuits Hjelmer Hammeken (G) et Martin Madsen (D) près d'Ittoqqortoormiit le 26 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Les chasseurs inuits Hjelmer Hammeken (G) et Martin Madsen (D) près d'Ittoqqortoormiit le 26 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Alors qu'il observe l'horizon, le jeune chasseur Martin Madsen à ses côtés, le vent se lève, la mer s'agite. La glace, plus fine en bord de banquise, devient instable. Elle risque de se détacher et de les emporter, il est temps de partir.

"En août, toute la banquise aura fondu, il n'y aura plus que la mer, une mer agitée", ce qui rendra difficile la chasse au phoque ou au narval (également soumis aux quotas), poursuit Hjelmer.

Quant aux ours polaires, qui chassent sur la banquise, il se demande comment ils feront pour survivre. Déjà l'été, coincés sur la terre ferme et affamés, ils s'approchent du village. Sans doute, dans l'avenir, migreront-ils plus au nord, selon les chercheurs.

"Que va-t-il se passer dans les 50 prochaines années?", interroge Hjelmer.

- Martin Madsen, 28 ans, ou la difficulté de vivre de la chasse -

Le village d'Ittoqqortoormiit, où des peaux d'ours polaires sèchent devant des maisons. Le 23 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le village d'Ittoqqortoormiit, où des peaux d'ours polaires sèchent devant des maisons. Le 23 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Comme tous les matins, Martin scrute l'horizon de sa fenêtre et consulte les prévisions météo sur son portable. Pas de brouillard, grand soleil, idéal pour la chasse. Il prend ses fusils et part pour le bord de la banquise.

D'autres chasseurs sont déjà en position. L'œil aiguisé, ils regardent les reflets de l'eau sous l'effet du vent, balayent le paysage. A deux kilomètres d'ici rodent trois ours blancs.

Le chasseur inuit Martin Madsen attire les phoques avec une perche en bois près d'Ittoqqortoormiit le 25 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le chasseur inuit Martin Madsen attire les phoques avec une perche en bois près d'Ittoqqortoormiit le 25 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Pour attirer les phoques, les inuits grattent la banquise avec leur "tooq", longue perche en bois, qui imite le bruit des pinnipèdes lorsqu'ils creusent le trou de glace qui leur permet de respirer.

Quand un chasseur en repère un, il crie: "Aanavaa!" (prononcer "Anoua": "Voilà un phoque!") et siffle pour attirer la bête. S'il rate sa cible, les autres peuvent alors tirer.

Le chasseur inuit Martin Madsen vise un phoque barbu près d'Ittoqqortoormiit le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le chasseur inuit Martin Madsen vise un phoque barbu près d'Ittoqqortoormiit le 28 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Ce jour-là, Martin, moustache noire et visage juvénile, rate sa cible. Le lendemain, avec sa carabine calibre 222 mm, à plus de 200 mètres de distance, il tue du premier coup dans l'eau un phoque barbu, qu'il se hâte ensuite de ramener en barque avant qu'il ne coule. Fierté: "Les chiens pourront manger".

Le chasseur inuit Martin Madsen dépèce un phoque qu'il vient juste de tuer, près d'Ittoqqortoormiit le 24 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le chasseur inuit Martin Madsen dépèce un phoque qu'il vient juste de tuer, près d'Ittoqqortoormiit le 24 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Comme Hjelmer, Martin est un des 10 chasseurs professionnels d'Ittoqqortoormiit, les seuls habilités à tirer des ours blancs, un titre accordé si leurs revenus sont issus à 100% de la chasse.

"Je chasse depuis que je suis enfant. J'ai grandi parmi des chasseurs, mon père, mon grand-père", raconte-t-il.

Depuis la grande époque de ses aînés, les conditions d'exercice du chasseur professionnel ont changé.

Pas tant dans la manière de faire - si ce n'est l'utilisation sur la banquise des téléphones portables et satellites ou l'apparition des scooters des neiges.

Le chasseur professionnel inuit Martin Madsen montre le dernier ours polaire qu'il a tué cette saison avant que les quotas ne soient atteints. Ittoqqortoormiit, le 24 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le chasseur professionnel inuit Martin Madsen montre le dernier ours polaire qu'il a tué cette saison avant que les quotas ne soient atteints. Ittoqqortoormiit, le 24 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Mais dans la possibilité d'en vivre. "Aujourd'hui, il n'y a plus beaucoup de quoi chasser", dit Martin. "Les quotas imposés aux chasseurs, ça ne me plaît pas."

La peau d'ours, qui ne peut être vendue qu'au Groenland depuis un embargo de l'Union européenne en 2008, rapporte jusqu'à 2.000 euros; celle du phoque 40 euros maximum, un prix inférieur de moitié à celui pratiqué avant l'instauration d'un embargo en 2009 finalement annulé pour les Inuits.

Retour à la maison. Charlotte Pike, la compagne de Martin, prépare une soupe à l'ours polaire. Tomates, carottes, oignons, curry rouge.

Le chasseur inuit Martin Madsen avec sa compagne  Charlotte Pike et leur fils Noah, devant chez eux à  Ittoqqortoormiit, le 30 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Le chasseur inuit Martin Madsen avec sa compagne Charlotte Pike et leur fils Noah, devant chez eux à Ittoqqortoormiit, le 30 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

"Vu le peu de revenus que nous rapporte la chasse (...) la vie est très difficile", dit cette femme de 40 ans qui cherche à accueillir des touristes à la maison comme alternative.

"Sans compter", poursuit-elle, "tout ce qu'on entend dans le monde sur le fait qu'on tue des animaux, qu'il ne faut pas manger de viande... C'est dur pour nous."

Martin, qui n'est jamais allé à l'école, espère que leur fils Noah, huit ans, ne deviendra pas chasseur à son tour.

- Nukappiaaluk Hammeken, 11 ans, ses chiots, son rêve -

Peter Hammeken (deuxième à gauche) et ses fils à Ittoqqortoormiit, le 27 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Peter Hammeken (deuxième à gauche) et ses fils à Ittoqqortoormiit, le 27 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Son père Peter n'est pas chasseur professionnel, il tient un café-restaurant dans ce village du bout du monde, à 800 km de la colonie humaine la plus proche au Groenland, ravitaillé par cargo une à deux fois par an.

Mais lui rêve de faire partie de cette élite qui chasse les proies nobles et qui ne cesse de diminuer au fil des ans à Ittoqqortoormiit. Dans la jeunesse de Hjelmer, son grand-oncle, "presque chaque homme du village" pratiquait la chasse professionnelle.

Nukappiaaluk Hammeken et ses chiots à Ittoqqortoormiit, le 27 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Nukappiaaluk Hammeken et ses chiots à Ittoqqortoormiit, le 27 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

Nukappiaaluk devra attendre d'avoir 12 ans avant de faire sa première chasse. Pour devenir professionnel, il devra passer par un long apprentissage auprès des anciens.

Le pré-requis, ce sont les chiens de traîneau, obligatoires pour la chasse professionnelle.

Aujourd'hui, le garçon timide confectionne à la main des colliers pour ses neuf chiots. "Il veut devenir chasseur professionnel, je lui explique comment faire", dit son père, 38 ans. "La chasse (...) c'est important pour le village, pour notre avenir."

L'inuit Peter Hammeken apprend à son fils Nukappiaaluk à faire des colliers pour ses chiots, à Ittoqqortoormiit, le 27 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

L'inuit Peter Hammeken apprend à son fils Nukappiaaluk à faire des colliers pour ses chiots, à Ittoqqortoormiit, le 27 avril 2024 ( AFP / Olivier MORIN )

D'ici deux mois, ses chiens pourront commencer à travailler. Nukappiaaluk devra apprendre à les dresser, à les diriger à la voix pour atteindre les 30 km/h, à s'en faire respecter - la moindre erreur peut être fatale en ce milieu hostile.

Comme il devra apprendre à comprendre ses futures proies, leur régime, leur habitat, leurs déplacements qui évoluent au gré du climat et répéter les gestes de toutes les générations de chasseurs avant lui. "Si tu ne connais pas tes ancêtres, tu ne sais pas qui tu es", résume son frère Marti, 22 ans.

1 commentaire

  • 17 juin 10:04

    Une belle histoire de vie, ponctuées par la tradition et l'héritage des anciens. Une vie simple, ou l'on chasse pour se nourrir et survivre. Une lutte quotidienne pour maintenir l'existence d'une petite communauté soudée.


Signaler le commentaire

Fermer