1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Avec « La Toile du monde », Antonin Varenne électrise le Paris de 1900
Le Monde20/12/2018 à 06:00

1900 : l'Exposition universelle célèbre la modernité dans la capitale, que parcourent deux Américains en quête de leurs racines - et d'amour. Un roman étincelant.

La Toile du monde, d'Antonin Varenne, Albin Michel, 352 p., 21,50 €.

A proximité du vélodrome municipal, entre les chênes du bois de Vincennes, un campement d'Indiens. La scène est inhabituelle mais, en ce printemps 1900, au moment de l'inauguration de l'Exposition universelle, Paris s'est parée de mille couleurs insolites et déroutantes. Le monde entier s'y est donné rendez-vous pour le lancement de ce grand XXe siècle à venir, et même une troupe d'Amérindiens et de cow-boys s'y donne en spectacle - une troupe qu'il faut donc bien loger quelque part, avec chevaux et tipis. C'est sur la toile de l'un de ceux-ci que le regard s'arrête, couverte de dessins et de symboles complexes, d'objets et de personnages, et même d'une ligne de chemin de fer qui s'entortille autour de la structure en cône. Ici loge Joseph, métis de Païute et de Blanc, rendu fou par les univers qui cohabitent en lui. Il est un cousin d'Aileen Bowman, mère française et père anglais, journaliste et féministe, venue officiellement à Paris pour l'Exposition universelle, mais officieusement à sa recherche.

Allures atmosphériques Bowman ? Oui, comme le personnage principal de Trois mille chevaux-vapeurs (Albin Michel, 2014), roman d'aventures de très haute volée, le premier d'une série de trois pour Antonin Varenne (avec Equateur, en 2017, et aujourd'hui La Toile du monde), mini-fresque de la seconde moitié du XIXe siècle aux Amériques et en Europe, formidable galerie de portraits de famille, si l'on peut dire...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer