Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

AVANT-PAPIER-Les dirigeants européens au chevet de la crise migratoire

Reuters14/10/2015 à 18:07

* La coopération avec la Turquie au coeur des débats * Le renforcement des frontières extérieures à l'étude * La Syrie au menu du dîner des dirigeants européens par Chine Labbé PARIS, 14 octobre (Reuters) - Les chefs d'Etat et de gouvernement européens tenteront jeudi de donner une nouvelle impulsion à leur politique commune face à l'afflux de réfugiés sur le continent, en mettant l'accent sur le renforcement des frontières, l'accélération des retours de migrants irréguliers et la coopération avec la Turquie. Le sommet de Bruxelles devrait être moins tendu que celui du mois dernier, lorsque les Vingt-Huit s'étaient déchirés sur l'instauration d'un mécanisme de répartition obligatoire des réfugiés arrivés dans des pays comme l'Italie et la Grèce. Le Conseil européen devrait ainsi relancer à Bruxelles les discussions sur la mise en place d'un corps de garde-frontières pour protéger l'espace Schengen, et examiner un renforcement du mandat de l'agence Frontex, chargée de la coordination de la surveillance des frontières extérieures de l'Union. L'objectif sera notamment de l'autoriser à effectuer de sa propre initiative des reconduites à la frontière. Il faut une "réponse qui soit à la fois conforme à nos principes, c'est-à-dire ceux du droit d'asile, mais qui mette aussi en avant la crédibilité de la réponse européenne en matière de contrôle des frontières extérieures communes", a déclaré mercredi devant l'Assemblée nationale le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Harlem Désir. Le dialogue avec les pays tiers, et plus particulièrement avec la Turquie, pays de transit mais aussi de départ de réfugiés, sera au coeur des discussions jeudi. Le projet de conclusions du conseil prévoit de travailler "rapidement" à l'adoption d'un plan d'action commun avec Ankara. Selon un projet d'accord présenté la semaine dernière par des responsables européens au président turc Recep Tayyip Erdogan, l'UE débloquerait en 2015 et 2016 un milliard d'euros pour aider Ankara à s'occuper des 2,2 millions de réfugiés syriens et irakiens présents sur son territoire. La Turquie serait quant à elle invitée à renforcer la surveillance de ses côtes et de ses frontières avec la Grèce et la Bulgarie, et à accepter le retour de migrants sur son sol. ID:nL8N1264CH LA SYRIE AU MENU DU DÎNER Près de 170.000 clandestins sont entrés en septembre sur le territoire de l'Union européenne, selon l'agence Frontex. L'augmentation du taux de reconduites d'étrangers en situation irrégulière a été évoquée la semaine dernière par les ministres de l'Intérieur de l'UE qui ont souhaité qu'elle ait "un effet dissuasif sur l'immigration clandestine". ID:nL8N1284HP Une volonté que devrait reprendre à son compte le Conseil européen, en plaidant pour une intensification du dialogue avec les pays d'origine des migrants, afin qu'ils consentent à octroyer des laissez-passer, corollaire indispensable à des reconduites réussies. La réunion de jeudi visera également à entériner et accélérer les décisions prises lors du conseil extraordinaire de fin septembre, qui avait notamment fixé une date butoir à la Grèce et à l'Italie pour qu'elles organisent sur leur territoire des centres d'enregistrement visant à recenser les arrivants et à distinguer les migrants des réfugiés. ID:nL5N11U01Q Quatre centres de ce type fonctionnent aujourd'hui en Italie, d'où les premières "relocalisations" de réfugiés ont été engagées, vers la Suède. Deux autres devraient suivre. ID:nL8N1291ZU Une harmonisation des systèmes d'asile au niveau européen, demandée par Paris et Berlin, ne sera toutefois pas à l'ordre du jour de cette réunion, qui traitera uniquement des solutions à apporter en urgence à la crise. Lors d'un dîner prévu jeudi soir, les chefs d'Etats et de gouvernements devraient par ailleurs aborder plusieurs grandes questions internationales, parmi lesquelles la situation en Syrie et le rôle joué dans le pays par la Russie. Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, réunis lundi à Luxembourg, ont accusé Moscou de menacer les efforts de paix et demandé l'arrêt des frappes aériennes russes contre les rebelles syriens soutenus par les Occidentaux. Des critiques qui devraient être réitérées jeudi à Bruxelles, selon des responsables européens. (Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.