Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

ORANGE (ex: FRANCE TELECOM)

14.5100EUR
-0.14% 
Ouverture théorique 14.4800
indice de référence CAC 40

FR0000133308 ORA

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    14.5300

  • clôture veille

    14.5300

  • + haut

    14.5900

  • + bas

    14.4750

  • volume

    4 718 551

  • valorisation

    38 597 MEUR

  • capital échangé

    0.18%

  • dernier échange

    19.04.18 / 17:37:44

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    13.3500

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    15.6700

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter ORANGE (ex: FRANCE TELECOM) à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter ORANGE (ex: FRANCE TELECOM) à mes listes

    Fermer

AV-PAPIER-Le raz-de-marée Netflix à l'épreuve du Vieux Continent

Reuters12/09/2014 à 15:11

* Netflix se lance dans six pays dont la France et l'Allemagne * Le géant américain devra composer avec la mosaïque européenne * La concurrence s'organise mais avec une force de frappe moindre * Les canaux de distribution de l'offre Netflix seront cruciaux par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud PARIS, 12 septembre (Reuters) - Nouvelles cibles de l'américain Netflix NFLX.O , la France et l'Allemagne pourraient donner du fil à retordre au géant de la vidéo en ligne malgré un budget conséquent et une méthode de conquête éprouvée, mettant à l'épreuve une stratégie d'expansion à l'international menée tambour battant depuis quatre ans. Présent dans 40 pays, le groupe aux 50 millions d'abonnés va engager la semaine prochaine sa plus importante expansion depuis son entrée en Amérique latine il y a trois ans en lançant sa plateforme de séries et de films en "streaming" dans six pays au total avec l'Autriche, la Suisse, la Belgique, le Luxembourg. Son marché potentiel à l'international grimpera alors à 180 millions de foyers, soit le double du nombre de foyers équipés d'internet aux Etats-Unis où l'ancien loueur de DVD a détrôné la chaîne aux séries cultes HBO en captant 36 millions d'abonnés. Fort d'une première percée réussie sur le continent européen où il opère notamment au Royaume-Uni, la société a désormais en ligne de mire la France et l'Allemagne avec l'ambition d'acquérir une taille critique lui donnant une position de force pour négocier les droits des programmes. Campagne de charme auprès des autorités, "buzz" alimenté par des informations distillées au compte-gouttes, signatures d'accords avec les ayants-droits : la machine Netflix est en marche depuis plusieurs mois en vue d'un lancement dont le coup d'envoi sera donné à Paris lundi soir lors d'une "célébration". Le Vieux Continent pourrait cependant donner maille à partir à l'ancien "US marine" et fondateur de Netflix Reed Hastings, estiment les experts du secteur, notamment parce que Netflix sera confronté au casse tête de la tour de Babel européenne. "Sous de nombreux aspects, la France et l'Allemagne constituent les tests les plus critiques des aspirations mondiales de Netflix à ce jour", estime Enders Analysis. JUSQU'OÙ INVESTIR DANS LES CONTENUS ? "L'un des défis clefs pour Netflix sur ces marchés, et auquel il n'avait pas été confronté avec une telle ampleur sur ses sept premiers pays européens, porte sur la nécessité d'investir dans des contenus spécifiques pour ces marchés afin de prospérer", précise le cabinet dans une étude. En France, Netflix a pris les devants avec la production d'une série baptisée "Marseille" et l'achat d'une série au studio Ankama basé à Roubaix. Un affichage politique pour le pays de l'"exception culturelle", estiment ses détracteurs, rappelant que l'offre Netflix est habituellement constituée à 20% de contenus locaux, le reste provenant du catalogue américain qui inclut quelques séries exclusives, dont les fameuses "House of Cards" et "Orange is the New Black", mais une majorité de contenus de catalogue. Nombre de consommateurs français et allemands préfèrent en outre regarder des programmes doublés dans leur langue maternelle, plutôt que simplement sous-titrés. La stratégie du groupe, qui mise sur l'international pour porter sa croissance, inquiète certains investisseurs alors que Netflix a prévenu que ses pertes à l'international avoisineraient 42 millions de dollars au troisième trimestre. Netflix devra par ailleurs affronter une concurrence qui a eu le temps de se mettre en ordre de bataille face aux rumeurs récurrentes de lancement européen ces dernières années. "Ils n'entrent pas dans un espace vide où tout est à prendre", explique Philippe Bailly de NPA Conseil qui pointe également une offre gratuite déjà fournie avec par exemple 25 chaînes en accès libre dans l'Hexagone. En Allemagne, les nombreux services de vidéos en ligne - Maxdome (ProsiebenSat1 PSMGn.DE ), Watchever (Vivendi VIV.PA ), Prime Instant Video (Amazon AMZN.O ), Snap (Sky Deutschland) parmi les principaux - ont déjà engagé la riposte à coup de hausses des budgets marketing et de promotions. En France, l'arrivée de Netflix a suscité une levée de boucliers des acteurs du secteur qui dénoncent une compétition faussée, l'établissement de la société aux Pays-Bas lui permettant d'échapper aux obligations de financement de la création et aux quotas de diffusion. Le projet évoqué d'une contre-plateforme commune a cependant fait long feu et c'est en ordre dispersé que les concurrents de Netflix ont organisé la riposte. LA DISTRIBUTION, FACTEUR CLEF DU SUCCÈS Le numéro un de la télévision payante Canal+ a ainsi pris les devants dès 2011 avec le lancement de Canal Play, son offre maison de vidéo à la demande par abonnement (SVoD), qui vient de dépasser les 500.000 abonnés. Face à l'offre Netflix qui devrait être accessible entre 8 et 12 euros par mois, la filiale de Vivendi a aussi accru ses investissements dans les programmes pour retenir ses téléspectateurs "classiques" qui payent autour de 40 euros, à telle enseigne que l'américain ne pourra pas proposer en France "House of Cards", détenue en exclusivité par la chaîne cryptée. Il reste à voir si cela sera suffisant pour résister au raz-de-marée Netflix qui s'appuie sur une armée d'ingénieurs pour proposer un moteur de recommandation ultra puissant et dispose d'un budget de près de trois milliards pour acheter des contenus. "La problématique c'est moins le positionnement de Netflix que de pouvoir continuer à acheter des programmes attractifs", estime Guillaume Jouhet, directeur d'OCS, le bouquet payant de l'opérateur Orange ORAN.PA . Pour Philippe Bailly, c'est toutefois la distribution de l'offre de Netflix, qui sera cruciale pour son succès, en particulier en France où plus de quatre foyers sur dix reçoivent la télévision via les boxes des fournisseurs d'accès. Aucun des principaux opérateurs n'a pour l'instant officialisé d'accord pour le lancement du géant américain mais tous ont bien pris soin de laisser la porte ouverte pour la suite. (Avec Kate Holton à Londres et Harro ten Wolde à Francfort, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.