Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Aux États-Unis, le vénérable Mirage F1 reprend son envol
Le Point27/08/2019 à 08:05

Retiré du service par l'armée de l'air française en 2014 après quatre décennies de service actif, le Mirage F1 a effectué son premier vol sous les couleurs d'une société militaire privée (SMP) américaine le 22 août. L'entreprise ATAC (Airborne Tactical Advantage Company, filiale du géant Textron) avait en effet racheté 63 appareils à l'État français en juillet 2017 pour 21 millions d'euros, afin d'en faire voler 45 comme plastrons (faux ennemis) pour l'entraînement des pilotes de l'US Air Force, ou pour former des contrôleurs aériens avancés dont la spécialité est de guider des frappes aériennes depuis le sol. Comme souvent lors du rachat d'anciennes flottes, une partie des appareils doit servir de réservoir de pièces détachées.Pour son vol d'essai, le Mirage F1B (biplace), toujours décoré d'une livrée spéciale arborée le 14 juillet 2014 au-dessus des Champs-Élysées avant son retrait du service, a décollé du centre d'ATAC à Fort Worth près de Dallas (Texas). Depuis cet « Adversary center of excellence », stratégiquement localisé au milieu des États-Unis, les Mirage F1 de l'entreprise pourront rejoindre rapidement n'importe quelle base du pays pour des missions d'entraînement. Clin d'?il notable, les mécanos d'ATAC ont tweeté un message saluant l'excellent état des appareils français et « le soin manifeste » porté à ces avions par les mécanos de l'armée de l'air durant leur vie opérationnelle.Un...

Lire la suite sur LePoint.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • blip
    26 août16:58

    On peut aussi positiver plutôt que de toujours cra... dans la soupe. S'ils s'en servent pour s'entrainer c'est que cet avion, malgré son âge, est toujours digne d'intérêt

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer