1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Aux États-Unis, le chômage est à son plus bas niveau depuis 48 ans, mais...

Le Parisien08/10/2018 à 08:23

Aux États-Unis, le chômage est à son plus bas niveau depuis 48 ans, mais...

Le taux de chômage américain est tombé à 3,7 % en septembre, un niveau inédit depuis décembre 1969 malgré un ralentissement marqué des créations d'emplois.À un mois, jour pour jour, des élections de mi-mandat, au résultat incertain contrairement à ce que Donald Trump affirme meeting après meeting, le président s'est sobrement réjoui de ce très bon chiffre. Le locataire de la Maison-Blanche a pourtant fait de l'économie sa carte maîtresse dans ce scrutin. Just out: 3.7% Unemployment is the lowest number since 1969!-- Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 5 octobre 2018Le taux de chômage aux États-Unis, tel qu'il est calculé, est pourtant régulièrement contesté parce qu'il ne tient compte que des demandeurs qui dans les quatre semaines précédant le recensement, ont cherché un job et se sont présentés dans une agence pour l'emploi. Or, il suffit de travailler une heure dans le mois pour sortir des statistiques.Il n'empêche : depuis 2010, les indicateurs montrent une baisse significative du nombre de chômeurs. En septembre, ils étaient six millions, soit une diminution de 270 000 personnes par rapport à août, dont une majorité de femmes, a précisé vendredi le département du Travail. Encore 4,6 millions de personnes n'ont néanmoins trouvé que des emplois à temps partiel. Les créations d'emplois se sont en revanche inscrites en net recul, à 134 000. Sans pouvoir la quantifier, le département du Travail attribue cette faiblesse aux conséquences de l'ouragan Florence à la mi-septembre, qui avait obligé des milliers de personnes de Caroline du Nord et du Sud à quitter leurs foyers. Privées d'électricité, d'employés et obligées de fermer pour des raisons de sécurité, de nombreuses entreprises avaient dû suspendre leur activité.Les entreprises ont de plus en plus de mal à pourvoir des postesL'économie américaine doit créer environ 120 000 emplois par mois rien que pour « absorber » la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rillouto
    06 octobre14:39

    et oui cavalair, nos bobos parisiens,ne supportent pas a l'idée, que le nationalisme ca peut marcher .... comme roosvelt, trump a donné du boulot aux ricains, en lancant un grand plan de renovation des infrastructures .... nous, on fait tout le contraire ...cqfd ...

    Signaler un abus

  • cavalair
    06 octobre11:14

    Le journaleux du Parisien qui a ecrit cet article enrage des succes de TRUMP. Il fait tout pour minimiser ses succes du chomage. Un sociolocommuniste sans doute, comme la pluspart des journalistes francais

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer