Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

MACQUARIE GRP

65.22EUR
-0.79% 
Ouverture théorique 0.00

AU000000MQG1 4M4

Stuttgart données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    65.22

  • clôture veille

    65.74

  • + haut

    65.22

  • + bas

    65.22

  • volume

    0

  • valorisation

    22 199 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    20.04.18 / 08:10:52

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter MACQUARIE GRP à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter MACQUARIE GRP à mes listes

    Fermer

Autoroutes-Le scénario d'une résiliation repoussé à 2017

Reuters31/12/2014 à 18:25

(Actualisé avec détails, contexte) PARIS, 31 décembre (Reuters) - Un groupe de travail examinera à partir de janvier l'hypothèse d'une renégociation ou d'une résiliation des concessions autoroutières françaises au 1er janvier 2017, annonce mercredi Manuel Valls dans une lettre à Jean-Paul Chanteguet. Le député socialiste, rapporteur de la mission d'information sur la place des autoroutes dans les infrastructures de transport, prône une résiliation des contrats signés en 2006, tout comme 152 autres députés. Cette perspective, qui ne fait pas l'unanimité en raison notamment de son coût potentiel pour les finances publiques et des risques qu'elle comporte, à la fois pour les sociétés cotées concernées et pour l'attractivité de la France, est donc repoussée d'un an, à 2017. Le gouvernement avait jusqu'au jeudi 1er janvier pour dénoncer les contrats à l'échéance du 1er janvier 2016. Dans le courrier que Manuel Valls adresse à Jean-Paul Chanteguet, daté du 31 décembre et rendu public par ses services, le Premier ministre confirme la volonté du gouvernement de "remettre à plat" les concessions autoroutières. "Les sociétés d'autoroutes ont transmis au gouvernement le 22 décembre une première proposition globale comprenant des avancées importantes. (...) Pour autant la négociation n'est pas achevée et ces propositions doivent encore être améliorées", écrit-il. Avant toute décision du gouvernement, un groupe de travail sera installé "tout début janvier" avec pour objectif, notamment, "d'examiner les modalités et conséquences d'une résiliation anticipée des contrats telle que vous l'avez proposée et donc au total comparer deux scénarios : renégociation des contrats ou résiliation au 1er janvier 2017", ajoute-t-il. L'Association des sociétés françaises d'autoroutes n'était pas joignable dans l'immédiat. RÉÉQUILIBRAGE La négociation, qui doit aussi permettre aux parlementaires d'étudier la proposition des sociétés d'autoroutes, ne durera que "quelques semaines tout au plus", assure Manuel Valls. Les sociétés concessionnaires des autoroutes sont devenues des cibles lorsque l'Autorité de la concurrence a relevé leur situation de "rente" à hauteur selon elle de 20% à 24%. Les députés de la mission d'information sur la place des autoroutes, toutes tendances confondues, sont convenus qu'un "rééquilibrage" était nécessaire. Il doit permettre à terme de trouver des fonds pour l'Agence de financement des infrastructures de transport (AFITF), dont le budget est jugé trop faible au regard de ses objectifs et qui ne bénéficiera pas des recettes de l'écotaxe, abandonnée. Le gouvernement aimerait solliciter davantage les sociétés d'autoroutes, mais celles-ci font valoir qu'elles financent déjà l'AFITF à hauteur de 40% via les redevances domaniales et la taxe d'aménagement du territoire. Depuis le début des négociations, Manuel Valls assure qu'aucune solution n'est exclue mais à aucun moment le gouvernement n'a laissé entendre qu'il était prêt à consacrer la vingtaine de milliards d'euros nécessaire à une résiliation, au moment où il tente de convaincre la Commission européenne du bien-fondé de sa politique budgétaire. "Les objectifs du gouvernement sont une meilleure régulation des péages afin de préserver le pouvoir d'achat des automobilistes, le rééquilibrage du partage des profits et une participation du système des concessions autoroutières au financement des infrastructures de transport", écrit-il. Le Premier ministre précise que le groupe de travail pourra proposer des amendements au projet de loi pour la croissance et l'activité porté par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui doit être examiné à partir du 22 janvier à l'Assemblée nationale et en mars au Sénat. L'exécutif entend mieux réguler les futures concessions à travers l'Arafer, une autorité de supervision dont les pouvoirs sont étendus par ce texte au secteur autoroutier. (Chine Labbé et Sophie Louet, avec Gilles Guillaume)

Valeurs associées

-0.79%
-0.76%
-1.19%
-0.21%
+0.91%
+0.77%
-0.46%
-0.05%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.