1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Aude : la douleur de Julie V., sauvée par le colonel Arnaud Beltrame
Le Point01/04/2018 à 14:20

Julie V., hôtesse de caisse au Super U de Trèbes, doit sa vie au colonel Arnaud Beltrame, qui a pris sa place vendredi 23 mars. (crédit : RAYMOND ROIG)

Elle travaillait depuis peu de temps au Super U de Trèbes. Julie V. a vu sa vie basculer le vendredi 23 mars lorsque Radouane Lakdim a pénétré dans le supermarché et ouvert le feu sur clients et employés, sa dernière étape d'une série de trois attaques meurtrières. Tenue en joue par le terroriste pendant près d'une heure, Julie V. doit sa vie au colonel Arnaud Beltrame, qui a pris sa place et est décédé de ses blessures le samedi 24 mars au matin.

Dans un reportage publié dans l'édition de ce dimanche 1er avril, le Journal du dimanche explique avoir tenté de retrouver Julie V.. L'hôtesse de caisse vit à Puichéric, commune située à une quinzaine de kilomètres de Trèbes, avec son mari et sa fille de deux ans et demi. À 40 ans, elle serait diplômée d'une école d'ingénieur en QSE (qualité, sécurité, environnement) et aurait pris cet emploi au Super U après avoir perdu son poste. Lundi 26 mars, Julie V. était présente à l'hommage aux victimes donné sur le parking du supermarché. « Il a donné sa vie pour moi, il s'est fait tuer pour que je vive », a-t-elle alors confié à son entourage. Une photo publiée dans l'hebdomadaire la montre, ce jour-là, assise par terre, la tête entre les mains.

« Tout était fermé, les volets clos »

Ce même jour, quelques heures plus tard, Julie V. a rencontré Élisabeth Pelsez, déléguée interministérielle chargée de l'aide aux victimes. Mais,...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer