Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Aucun répit dans l'affrontement verbal entre Berlin et Ankara

Reuters 08/03/2017 à 15:45
    par Maria Sheahan et Ece Toksabay 
    BERLIN/ANKARA, 8 mars (Reuters) - Le ministre turc des 
Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a accusé mercredi 
l'Allemagne de céder à un sentiment islamophobe dans sa critique 
de la Turquie. 
    Berlin de son côté dit avoir constaté une intensification 
des activités du renseignement sur le sol allemand. 
    Ces nouveaux échanges illustrent les vives tensions entre 
les deux pays depuis l'annulation de rassemblements politiques 
turcs prévus en Allemagne au moment même où le journaliste 
germano-turc Deniz Yücel, présenté par le président turc Recep 
Tayyip Erdogan comme un "agent allemand" et membre d'un groupe 
armé kurde, était incarcéré en Turquie. 
    Ankara reproche à l'Allemagne, où vit une forte communauté 
turque, de vouloir empêcher la tenue de réunions publiques où 
doivent s'exprimer ministres et responsables turcs dans le cadre 
de la campagne menée par Ankara à l'étranger en vue du 
référendum constitutionnel organisé en Turquie le 16 avril. 
    Mevlut Cavusoglu, a toutefois pu s'exprimer mardi à 
Hambourg, où il a renouvelé ses attaques contre l'Allemagne. 
  
    Son homologue allemand, Sigmar Gabriel, a dit s'être 
entretenu avec lui, tout en prévenant qu'on ne pouvait mener 
campagne en Allemagne que sous certaines conditions.  
    Un de ses porte-parole a en outre fait savoir que Berlin 
exigeait de pouvoir prendre contact avec Deniz Yücel. 
    Lors d'un rassemblement à Istanbul, Recep Tayyip Erdogan a 
jugé dimanche qu'en annulant des meetings prévus en Allemagne, 
les autorités allemandes recouraient à des pratiques "qui ne 
diffèrent en rien de celles de la période nazie".   
    Le président turc a malgré cela prévu de tenir une réunion 
politique en Allemagne avant le référendum, un déplacement que 
Mevlut Cavusoglu dit avoir évoqué avec Sigmar Gabriel. 
     
    ESPIONNAGE 
    Le Bundesamt für Verfassungsschutz (Office fédéral de 
protection de la Constitution, BFV) a par ailleurs fait part 
mercredi de ses préoccupations devant l'intensification des 
activités d'espionnage turques en Allemagne. 
    Il a souligné que les divisions politiques perceptibles en 
Turquie trouvaient un écho au sein de la communauté turque 
vivant sur le territoire allemand.  
    Hans-Georg Maassen, directeur du BfV, a notamment évoqué le 
risque d'affrontements entre l'extrême droite turque et les 
sympathisants du Parti des travailleurs du Kurdistan. 
    Sigmar Gabriel a évoqué les risques d'une importation en 
Allemagne des conflits qui déchirent la société turque. 
    "Quels que soient les divergences et les différends que nous 
puissions avoir, il n'y a pas d'alternative aux discussions 
parce que c'est la seule solution pour revenir, progressivement, 
à des relations normalisées et amicales entre l'Allemagne et la 
Turquie", a-t-il toutefois déclaré. 
    Cette main tendue ne semble pas avoir convaincu la Turquie 
d'adopter un ton plus conciliant.  
    Mevlut Cavusoglu a insisté pour qu'il n'y ait plus 
d'annulation de rassemblements et critiqué l'hostilité et le 
sentiment islamophobe qu'il dit avoir perçus en Allemagne. 
    "En Allemagne, il y a beaucoup de dirigeants politiques et 
une presse qui sont féroces et très hostiles à la Turquie et 
nous y percevons même un sentiment islamphobe. Cela, nous ne 
l'acceptons pas", a-t-il déclaré, demandant aux médias de mettre 
fin à leur propagande contre la Turquie. 
    Un sondage publié par le quotidien populaire Bild montre que 
81% des Allemands estiment que le gouvernement de la chancelière 
Angela Merkel s'est montré trop accommodant avec Ankara.  
    Or, l'Allemagne s'efforce de ménager un partenaire turc avec 
lequel l'Union européenne a négocié l'an dernier un accord par 
lequel la Turquie empêche les migrants de pénétrer en Europe a 
partir de son territoire. 
 
 (Avec la contribution d'Andrea Shalal et Michelle Martin à 
Berlin, Reuters TV et les rédactions d'Ankara et d'Istanbul, 
Nicolas Delame pour le service français, édité par Gilles 
Trequesser) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.