Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Au Royaume-Uni, les élections les plus indécises depuis 40 ans

Reuters05/05/2015 à 15:22

AU ROYAUME-UNI, LES ÉLECTIONS LES PLUS INDÉCISES DEPUIS 40 ANS

par William James

LONDRES (Reuters) - Les élections législatives de jeudi au Royaume-Uni s'annoncent comme les plus indécises depuis plus de quarante ans, aucune des deux grandes formations, le Parti conservateur et le Parti travailliste, ne paraissant en mesure de s'assurer une majorité à la Chambre des communes.

Cette incertitude pèse lourdement sur les grands dossiers débattus pendant la campagne: la politique économique, avec les difficiles et impopulaires mesures budgétaires à prendre, l'avenir de la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne et celui de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni.

Les sondages donnent le Labour d'Ed Miliband et les conservateurs du Premier ministre David Cameron au coude-à-coude.

"Il n'y aura pas de vainqueur. David Cameron et Ed Miliband peuvent bien répéter à l'envi qu'ils vont l'emporter, c'est faux et ils le savent", a déclaré à la BBC Nick Clegg, dirigeant du Parti libéral-démocrate qui fait partie depuis les élections de 2010 de la coalition gouvernementale avec les "Tories".

Si Cameron est réélu, il a promis d'organiser en 2017 un référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'UE.

La progression constante du Parti nationaliste écossais (SNP), qui a pourtant perdu le référendum d'autodétermination l'an dernier, ajoute encore aux incertitudes -- quelle sera à l'avenir la place de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni ?

Selon les sondages, le SNP semble bien parti pour s'imposer dans des circonscriptions jusqu'ici largement acquises au Labour.

LA QUESTION EUROPÉENNE

Quant au Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), anti-européen, il peut aujourd'hui attirer les électeurs traditionnels du Parti conservateur qui jugent David Cameron trop timoré face à la "bureaucratie de Bruxelles".

Le Labour et le Parti conservateur ne devraient pas remporter chacun plus de 300 sièges sur les 650 de la Chambre des communes. Le SNP pourrait avoir une cinquantaine d'élus, les libéraux-démocrates entre 20 et 30 et l'UKIP moins de dix.

Le dirigeant de l'UKIP, Nigel Farage, a dénoncé lors de la campagne la "faillite" du système électoral qui favorise les deux grands partis (dans le scrutin majoritaire à un tour en vigueur, le candidat arrivé en tête dans une circonscription est élu). Cette opinion est largement répandue au sein des petites formations qui réclament une réforme pour être mieux représentées.

Avec le Parlement sans majorité qui s'annonce, les tractations en vue de former une coalition de gouvernement devraient être plus longues que celles qui ont suivi le scrutin de 2010. Cinq jours avaient alors suffi à sceller une alliance entre les conservateurs et les libéraux-démocrates.

Etant donné les profondes divergences entre le Labour et les Tories, une "grande coalition" entre les deux grands partis semble exclue.

Pour les travaillistes, la meilleure chance de revenir au pouvoir serait un accord avec le SNP, qui devrait émerger comme le troisième parti du pays, mais les deux formations ont -- pour l'instant -- exclu de former une coalition officielle.

Les conservateurs, eux, devraient se tourner une nouvelle fois vers Nick Clegg et ses libéraux-démocrates, solution viable seulement si les deux partis peuvent s'assurer une majorité au Parlement.

Nick Clegg, par ailleurs, n'est pas hostile à l'idée un accord avec le Labour.

QUEL SCÉNARIO ?

Si comme prévu aucun parti n'obtient la majorité, David Cameron restera à Downing Street jusqu'à la formation du nouveau gouvernement.

Théoriquement, aucune date-limite n'est fixée pour que les négociations aboutissent mais dans les faits celles-ci devront être bouclées avant le 27 mai, quand la reine Elizabeth doit présenter au Parlement de Westminster le programme du nouveau gouvernement.

Le parti qui remporte le plus de sièges n'est pas automatiquement appelé à tenter de former le gouvernement.

Si les conservateurs arrivent en tête, ils peuvent toujours tenter de former un gouvernement minoritaire, en cherchant l'appui des élus des petits partis au coup par coup lors des différents votes à la Chambre. Dans ce cas, le premier test sera le vote qui suivra le discours de la reine.

Si le Parti conservateur perd ce vote, David Cameron n'est pas tenu de démissionner mais le Labour pourrait alors demander un vote de défiance, à la majorité simple. Si les Tories sont désavoués, les travaillistes auront 14 jours pour tenter de former un gouvernement. En cas d'échec, de nouvelles élections législatives doivent être organisées.

Mathématiquement, la majorité à la Chambre est de 326 sièges mais les élus du Sinn Féin, les nationalistes catholiques d'Irlande du Nord, refusent de venir siéger à Londres. En 2010, le Sinn Féin avaient obtenu cinq sièges, ce qui fait que la majorité absolue à Westminster était en conséquence ramenée à 323 sièges.

(Guy Kerivel pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.