1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Au Pakistan, la victoire controversée d'Imran Khan
Le Point27/07/2018 à 11:55

Apr�s une décennie d'échec, Imran Khan revendique la victoire aux législatives pour son parti Le mouvement pour la justice. Mais ses adversaires politiques dénoncent des fraudes.

Il attendait ça depuis plus de vingt ans. L'ancien joueur de cricket Imran Khan est sur le point de remporter les législatives qui ont eu lieu mercredi. D'après les derniers résultats, son parti, le PTI, raflerait 110 à 120 sièges devant la formation sortante, la Ligue musulmane du Pakistan de Nawaz Sharif (PML-N), qui ne récolte que 63 élus. 95 % des bulletins ont été examinés.

Imran Khan n'a pas encore de majorité. Il lui faut 137 sièges dans une Assemblée nationale qui en compte 272. Le PTI devrait donc s'appuyer sur la vingtaine d'élus sans étiquette et compléter avec les députés de partis régionaux comme la grande alliance démocratique de la province du Sindh et le parti national du Baloutchistan qui sont crédités de quatre sièges.

Sacré parcours pour ce sportif qui s'est lancé en politique seul contre tous. Champion du monde de cricket en 1992, ce philanthrope construit le premier hôpital contre le cancer du Pakistan en 1994. Lorsqu'il fonde le PTI en 1996, les échecs se succèdent pendant plus de 10 ans. L'étiquette de politicien amateur lui colle à la peau. Imran Khan est surnommé « Imran Can't » (Imran n'y arrive pas) puis « Taliban Khan » pour son opposition aux drones de la CIA qui bombardent les talibans afghans et pakistanais dans l'ouest du pays.

Accusation de fraude

Encore aujourd'hui, il souffre d'un déficit de légitimité. Sur les cinq partis...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer