Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Au Nord, c'était le silence
So Foot01/05/2020 à 14:00

Au Nord, c'était le silence

Lens en Ligue 1, la cité artésienne aurait dû s'embraser, les pintes valser, les maillots Shopi tournoyer au-dessus des visages rougis. Au lieu de ça, l'interminable attente pour retrouver l'élite s'est soldée en plein confinement. Au moment de l'officialisation, Bollaert était sous la flotte et la ville d'un calme olympien. Mais quelques irréductibles rôdaient et l'on s'est dit que le Picon bière était proche.

Il est 17h sur le parking de Bollaert-Delelis en ce 30 avril. Sur les réseaux sociaux, ça se tort le pouce pour choper le tweet qui officialisera la montée en Ligue 1. Devant le temple sang et or, le seul grabuge du jour, c'est le chantier du skate park à deux pas d'une boutique du club au rideau fermé. Les consignes des gestes barrière du Covid-19 placardées à l'entrée calment l'euphorie visible sur Internet. Même la mythique remorque tractée par Gervais Martel et le druide Daniel Leclercq en 1998 tire la tronche sous des cordes d'eau. "Pour la fête faudra repasser, dresse froidement Christian, 58 balais, parti faire ses emplettes avec le crâne dégarni et un amour invétéré pour le Racing. Pas de rassemblement, tous chez soi, c'est bizarre comme sentiment."


Le foot va bien, l'économie se redresse, CQFD


Au même moment, une Opel Astra grise, coussin de Lens sur la plage arrière, file à toute berzingue. Les Leaders, qui enregistraient une mine de tubes made in Lens dans les années 1990, résonnent derrière les vitres du break allemand : "C'est vrai que Lens est gai, c'est vrai que Lens est bon, on est champion de France". La flamme se ravive, le cœur y est, mais cette saleté de pandémie laisse chacun cloîtré. "On fera la fête quand tout sera rouvert", présage Pascal, croisé boulevard Emile-Basly.



Sorti prendre l'air une heure, il a laissé sa caisse "là-haut, rue de l'Hospice, à côté de l'église", alors il a le temps de discuter et d'exhiber fièrement sa veste - un brin délavée - du Racing. "Je ne la lâche jamais et encore moins aujourd'hui où l'on retrouve la Ligue 1. C'est un soulagement énorme. Depuis l'arrivée de Joseph Oughourlian en 2016, on a renoué avec la stabilité, même si c'est frustrant pour Philippe Montanier (écarté fin février au profit de Franck Haise, N.D.L.R.). Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer