1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Au moins 654 entreprises ne respectent pas la réglementation sur les substances chimiques
Le Monde21/05/2019 à 00:01

L'Allemagne, avec ses géants de la chimie, compte le plus de sociétés contrevenant au règlement Reach censé protéger la santé et l'environnement des Européens.

La scène se passe en novembre 2018 au Parlement européen à Strasbourg. Auditionné devant la commission environnement et santé publique, le directeur de l'Agence européenne des produits chimique (ECHA), Bjorn Hansen, finit par admettre que les deux-tiers des dossiers instruits par ses services ne sont pas conformes à la réglementation Reach (pour Registration, evaluation, authorisation and restriction of chemicals en anglais, ou « Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des substances chimiques ») censée protéger la santé et l'environnement. Passé au grill par des députés qui dénoncent un « dieselgate de l'industrie de la chimie », en référence à la fraude des constructeurs automobiles sur les émissions de gaz polluants, le patron de l'ECHA refuse cependant de livrer le nom des entreprises contrevenantes et des produits concernés.

Des documents révélés mardi 21 mai par la plus grande association environnementale allemande Bund auxquels Le Monde a eu accès permettent de lever un coin du voile. Au moins 654 entreprises, à travers l'Europe, emploient massivement des substances de synthèse qui enfreignent le règlement Reach et donc potentiellement dangereuses.

Entré en vigueur depuis 2007, ce dernier contraint les industriels à fournir les informations (toxicité, écotoxicité, devenir dans l'environnement, etc.) nécessaires à l'évaluation de la dangerosité des produits qu'ils fabriquent ou importent suivant le principe « pas de données, pas de marché ».

A la de...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer