1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Au Kenya, l'industrie du cinéma veut profiter du succès phénoménal de « Black Panther »
Le Monde01/04/2018 à 18:00

Projection en 3D de « Black Panther » dans un cinéma de Nairobi, le 14 février 2018.

Le film des studios Marvel, record absolu de fréquentation, pourrait donner le goût des salles obscures à la classe moyenne de Nairobi.

Des séances de cinéma complètes plusieurs jours à l'avance ? Au Kenya, on n'avait jamais vu ça. L'engouement autour de Black Panther a certes touché la planète entière, mais ici, le dernier film des studios Marvel a connu un succès particulier. Six semaines après leur sortie, les aventures des habitants du Wakanda ont attiré quelque 100 000 spectateurs dans les salles, pour des recettes d'environ 50 millions de shillings kényans (400 000 euros), selon les chiffres du groupe Century Cinemax, leader du marché.

Le chiffre peut sembler modeste, mais il s'agit au Kenya d'un record absolu. Avengers : l'Ere d'Ultron, qui occupait jusqu'ici la première place, avait rassemblé en 2015 moins de 30 000 spectateurs et amassé une dizaine de millions de shillings. Au-delà du Kenya, la performance de Black Panther est similaire dans toute l'Afrique de l'Est, souligne Century Cinemax.

« C'est le film parfait ici » Au pimpant centre commercial Junction Mall, qui accueille l'un des plus grands cinémas de Nairobi (la capitale en compte neuf), Simone sort ravi, avec son fils, de la projection du début d'après-midi. Si le garçon, un soda en main, est encore exalté par « les scènes d'action et les combats », son père a surtout apprécié la symbolique. « C'est très différent des "black movies" américains habituels, où il y a toujours cette séparation, plus ou moins marquée, entre les Noirs et les Blancs », salue-t-il, évoquant aussi l'univers africain et « la logique d'indépendance ».

Un bon r...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer