1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Au CHU de Ouaga, les soignants se désolent de « regarder les pauvres mourir et les riches guérir »
Le Monde21/10/2019 à 19:00

L'Afrique, ses mères et ses enfants en ont assez de souffrir à l'hôpital (1/5). Fatigue, découragement, sentiment d'impuissance : au Burkina, les personnels hospitaliers craquent.

Ici, le ballet des brancards, c'est vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Aux urgences traumatologiques de l'hôpital Yalgado-Ouédraogo, dans la capitale burkinabée, « ça ne s'arrête jamais », souffle un agent de santé qui se fraie un passage au milieu d'une dizaine de patients allongés à même le carrelage d'un couloir décrépi. « Pas assez de lits ni de chaises », s'excuse le brancardier, avant de filer au pas de course derrière sa civière brinquebalante. Dans la chaleur moite, les blessés guettent le passage des médecins, l'œil inquiet. En attendant, quelques pansements de fortune ont été collés çà et là, avec plus ou moins de bonheur.

« Trois jours qu'on dort là. Mon fils a eu un choc à la tête, un accident de moto, on nous a envoyés faire une radio. Depuis, plus rien. On attend », explique un homme, exténué, son fils, la vingtaine, endormi sur le sol. A l'accueil, les ­fiches d'enregistrement s'empilent. « On est débordé, mais on ne peut refuser personne. Difficile de tenir », glisse un jeune interne en médecine entre deux consultations. Manque d'effectifs, services saturés, locaux et matériels vétustes... « Yalgado », c'est l'hôpital « malade » du Burkina Faso.

« On manque de tout ici ! »

Fatigue, découragement, sentiment d'impuissance... Les nerfs du personnel médical sont mis à rude épreuve. « J'ai trente et un ans de service ici, mais je ne m'habituerai jamais à voir des bébés "partir" parce qu'on n'a pas pu faire de césarienne », s'attriste M. Ouédraogo, un infirmier. Et d'ajouter : « C'est frustrant. On travaille d'arrache-pied, on fait de notre mieux avec le peu qu'on a et, pourtant, on a toujours l'impression de mal faire notre travail, de négliger les patients. »

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer