1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Attentats de Pâques : le Sri Lanka reconnaît une «défaillance» dans la sécurité
Le Parisien24/04/2019 à 19:02

Attentats de Pâques : le Sri Lanka reconnaît une «défaillance» dans la sécurité

Les attentats djihadistes du dimanche de Pâques qui ont tué quelque 360 personnes au Sri Lanka auraient pu « être évités ou minimisés », de l'avis même du vice-ministre de la Défense, Ruwan Wijewardene. Le Sri Lanka a reconnu mercredi une « défaillance » de l'État en matière de sécurité, alors que la communauté du renseignement avait prévenu les autorités des risques qui pesaient sur le pays.La gestion dans les jours ayant précédé ces attentats suicides, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), fait l'objet de critiques grandissantes, dans un contexte politique de lutte de pouvoir acharnée entre le président Maithripala Sirisena et le Premier ministre Ranil Wickremesinghe. Le premier avait limogé le second à l'automne mais avait été forcé de le réinvestir après sept semaines de chaos politique.Le manque de transmission d'informations cruciales au sein de l'Etat sri-lankais pourrait relancer la crise à la tête du pays. Le président Sirisena a convoqué jeudi une réunion de représentants de « tous les partis » politiques. Il s'entretiendra également avec des responsables religieux.Des failles dans la communicationUne note prophétique d'avertissement, il y a quinze jours, prévenant que le mouvement islamiste local National Thowheeth Jama'ath (NTJ) préparait des attentats, n'a pas été communiquée au chef de gouvernement et à des ministres de haut rang. L'alerte se basait sur des éléments transmis par « une agence de renseignement étrangère » et avait été diffusée aux services de police.« Il y a clairement eu une défaillance de la communication de renseignements. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités car si l'information avait été transmise aux bonnes personnes, cela aurait pu permettre d'éviter ou minimiser » ces attentats, a reconnu mercredi le vice-ministre de la Défense.Un bilan humain qui s'alourdit, nouvelles arrestationsTandis que les cimetières ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer