1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Athènes dit ne pas pouvoir rembourser sa dette sans nouvelle aide

Reuters23/03/2015 à 14:04

SANS NOUVELLE AIDE, LA GRÈCE DIT QU'ELLE SE TROUVERA DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE REMBOURSER SA DETTE

par Karolina Tagaris et Angeliki Koutantou

ATHENES (Reuters) - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a écrit la semaine dernière à la chancelière allemande Angela Merkel pour l'avertir qu'il serait "impossible" pour son pays d'assurer le service de sa dette dans les prochaines semaines sans aide financière supplémentaire, a confirmé lundi le porte-parole du gouvernement grec.

Dans une lettre datée du 15 mars, Alexis Tsipras dit que son gouvernement sera forcé de choisir entre le remboursement des prêts, dus principalement au Fonds monétaire international, et le maintien des dépenses sociales, a rapporté dimanche le Financial Times.

Angela Merkel et Alexis Tsipras doivent se rencontrer ce lundi à 17h00 à Berlin, pour la première visite officielle du chef du gouvernement grec dans la capitale allemande

Le porte-parole du gouvernement grec Gabriel Sakellaridis a précisé que leurs discussions ne porteraient pas sur cette lettre, qui a été évoquée lors du Conseil européen à Bruxelles jeudi.

Un porte-parole du gouvernement allemand a de son côté confirmé qu'Angela Merkel avait reçu la lettre et ajouté que la chancelière souhaitait qu'Alexis Tsipras lui expose lui-même ses intentions en matière de réformes.

"Bien sûr, il est intéressant pour la chancelière d'entendre de la bouche du Premier ministre ce que sont ses idées", a dit Steffen Seibert, tout en soulignant que la rencontre Merkel-Tsipras ne pouvait pas se substituer à une solution dans le cadre de l'Eurogroupe.

Pour obtenir le déblocage des aides financières attendues, Athènes doit présenter à l'Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro une liste détaillée de réformes structurelles, conformément à l'accord conclu le mois dernier à Bruxelles sur la prolongation de quatre mois de l'aide internationale à la Grèce.

"BESOIN D'INITIATIVES POLITIQUES"

Prié de dire si la lettre du 15 mars revenait à menacer de ne plus payer les traitements des fonctionnaires, Gabriel Sakellaridis a répondu: "Ce n'est pas une menace, c'est la réalité".

"C'est une lettre qui répète plus ou moins ce que nous avons dit depuis la semaine dernière, à savoir qu'il y a un problème de liquidités, et c'est pour cela qu'il y a besoin d'initiatives politiques", a-t-il expliqué à la chaîne de télévision grecque Mega TV.

Dans sa lettre, Alexis Tsipras fustige la limitation, imposée par la Banque centrale européenne (BCE), de la capacité de la Grèce à émettre de la dette à court terme ainsi que le refus des créanciers de la zone euro d'une quelconque aide avant l'adoption d'un nouveau cycle de réformes économiques, a rapporté le Financial Times.

"Il doit être clair que les restrictions exceptionnelles de la BCE, lorsqu'elles se conjuguent au report de versements, rendent impossibles pour tout Etat d'assurer le service de sa dette," a écrit le chef du gouvernement grec.

Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a assuré lundi que la BCE, comme les autres "institutions" concernées (FMI et Union européenne), était "déterminée" à soutenir le processus en cours et prête à adapter le plan d'aide.

"Il est prévu que le programme soit amendé pour refléter les nouvelles priorités du gouvernement grec (...) afin de faire en sorte que toute modification du plan d'aide aboutisse à un résultat équivalent en termes de (...) stabilité budgétaire", a-t-il lors d'une visite au Monténégro. "C'est cela qui sera débattu au cours des prochains jours."

Les tensions entre Athènes et Berlin ont aussi été alimentées ces dernières semaines par les demandes grecques de réparations allemandes au titre de l'occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais le ministère allemand des Affaires étrangères a réaffirmé lundi que le chapitre était définitivement "clos".

(avec Stephen Brown et Michael Nienaber à Berlin, Marja Novak à Podgorica, Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.