Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

AstraZeneca, le vaccin mal-aimé
AFP08/04/2021 à 23:44

Une infirmière prépare une dose de vaccin AstraZeneca, le 17 février 2021 à Malmö, en Suède ( TT NEWS AGENCY / Johan NILSSON )

Une infirmière prépare une dose de vaccin AstraZeneca, le 17 février 2021 à Malmö, en Suède ( TT NEWS AGENCY / Johan NILSSON )

"AstraZeneca? J'en veux pas!" Médecins et responsables de centres de vaccination à travers la France s'alarment de la méfiance, voire de la peur qui montent envers ce vaccin anti Covid-19, alimentées par les effets secondaires très rares qu'il peut provoquer.

"Les gens nous disent qu'ils ont peur, peur de mourir, d'avoir un effet indésirable", explique à l'AFP le Dr Thierry Mraovic.

Le week-end de Pâques, le centre de vaccination qu'il coordonne à Gravelines (Nord) a "fait seulement 132 injections" avec ce vaccin réservé aux plus de 55 ans, pour 750 doses disponibles.

"Des personnes avaient des rendez-vous, elles sont reparties quand elles ont vu que c'était Astra, en disant +je n'en veux pas+. Le centre de Dunkerque a tenté de nous envoyer des gens éligibles à l'AstraZeneca, personne n'est venu", soupire-t-il, en soulignant que les doses n'ont pas été perdues mais "rendues à la pharmacie hospitalière".

"Mes patients refusent l'AstraZeneca", confirme Didier Legeais, chirurgien-urologue également responsable d'un centre de vaccination pour soignants à Grenoble.

Description des effets secondaires graves du vaccin d'AstraZeneca ( AFP /  )

Description des effets secondaires graves du vaccin d'AstraZeneca ( AFP / )

"Ils téléphonent pour dire qu'ils veulent du Pfizer, ils décalent ou annulent leurs rendez-vous au dernier moment. Donc forcément, on risque d'avoir des doses d'AstraZeneca sur les bras", redoute le Dr Legeais, vice-président du syndicat des médecins de l'Isère.

Cette désaffection pour l'un des quatre vaccins autorisés en Europe arrive au mauvais moment pour la campagne de vaccination française. 

- "Pédagogie" -

Longtemps accusée d'être trop lente, la campagne doit accélérer en avril, avec la livraison de 12 millions de doses tous vaccins confondus, dont 3 millions d'AstraZeneca, selon les chiffres du ministère de la Santé.

"Bien sûr qu'on a des craintes autour d'une défiance qui pourrait s'installer", reconnaît-on dans l'entourage du Premier ministre Jean Castex, avant de relativiser: "C'est difficile d'évaluer les conséquences. Mais a priori, il n'y a pas lieu d'avoir des inquiétudes sur le fait qu'on ne tienne pas nos objectifs".

"Il y a un discours très sonore autour d'une défiance qui s'installerait, et une réalité de terrain, de chiffres", veut-on croire au ministère de la Santé.

"La semaine dernière on a fait 400.000 vaccinations AstraZeneca. Les professionnels de santé ont passé des commandes très importantes de vaccins, près de 1,5 million sont arrivées la semaine dernière", poursuit-on de même source.

"Il est important de pouvoir rassurer les gens sur le vaccin, non pas parce qu'on veut absolument le refourguer, mais parce que l'AstraZeneca protège efficacement des formes graves, quasiment autant que le Moderna et le Pfizer", conclut-on au ministère.

"Vous êtes le mieux placé pour vaincre les réticences, pour expliquer à vos propres patients et les convaincre", a assuré M. Castex à un médecin jeudi, en visitant un centre de vaccination à Nogent-sur-Marne, près de Paris. 

Dans son entourage, on insiste sur le besoin "de pédagogie, d'explications après tant de rebondissements dans le parcours de ce vaccin".

Des rebondissements qui ont pu déconcerter le grand public.

Le 2 février, juste après son autorisation, AstraZeneca est d'abord réservé aux moins de 65 ans, faute de données sur son efficacité chez les plus âgés. Un mois plus tard, son utilisation est élargie à tous les âges.

- Bénéfices -

Puis, mi-mars, le vaccin est suspendu quelques jours après des signalements en Europe de thromboses (caillots sanguins) très rares et très atypiques. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a reconnu mercredi qu'ils étaient bien liés à l'AstraZeneca.

Entre-temps, la France décide le 19 mars d'injecter ce vaccin uniquement aux plus de 55 ans, car ces thromboses ont surtout été observées chez des sujets plus jeunes. Les autorités sanitaires n'ont toujours pas annoncé ce qui allait se passer pour les moins de 55 ans qui avaient eu leur première injection.

D'autres pays ont également fixé des limites d'âge, mais sans forcément choisir la même, ce qui peut nourrir la confusion. AstraZeneca est par exemple réservé aux plus de 30 ans au Royaume-Uni, de 60 ans en Allemagne ou de 65 ans en Suède.

Pour Yannick Frezet, médecin généraliste à Rive de Gier (Loire), la suspension de mi-mars a été un tournant.

"A partir de ce moment-là ça a été une défiance générale et totale", raconte le Dr Frezet, vice-président de l'URPS (Union régionale des professionnels de santé).

"Avant, j'avais 50 demandes pour 10 doses et maintenant il faut que j'appelle les patients pour faire de la pédagogie. Je prends le temps de leur expliquer que le bénéfice de ce vaccin est plus important que le risque", poursuit-il.

C'est aussi ce sur quoi insistent l'EMA comme l'OMS (Organisation mondiale de la Santé): elles ont martelé ces dernières semaines que les risques d'hospitalisation ou de décès entraînés par le Covid dépassaient de très loin celui des effets secondaires d'AstraZeneca.

bur-pr/BC/rh/cbn

13 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    10 avril11:27

    Tout ce qui n'est pas en phase avec votre sacro-sainte opinion ne peut être à vos yeux que stérile. Il en sera toujours ainsi, votre analyse n'étant limitée qu'aux informations des journaux de 20h00. Votre réponse sur les moins de 55 ans démontre votre faible ouverture d'esprit analytique, vous refusez de voir tous les possibles peut-être de crainte que cela perturbe vos certitudes.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer