Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurances : peut-on espérer un gel des tarifs en 2021 ?
Boursorama avec Media Services17/09/2020 à 09:08

La crise sanitaire du Covid-19 a engendré des situations atypiques dans l'assurance automobile, où certaines compagnies ont déjà pris des mesures en faveur de leurs souscripteurs. Peu de changements sont en revanche à attendre pour les contrats habitation, peu affectés par le confinement.

Certains acteurs de l'assurance automobile ont déjà pris des mesures pour leurs souscripteurs ( AFP / LOIC VENANCE )

Les particuliers peuvent tabler sur une hausse moyenne de 1,5 à 2% de leurs contrats d'assurances automobile et habitation en 2021, voire plus en habitation si leur assureur décidait de compenser certains surcoûts liés à la pandémie, selon une étude du cabinet spécialisé Facts and Figures.

Dans l'automobile, certains assureurs ont pris les devants

Dans le détail, l'assurance automobile est confrontée à un contexte "atypique" pour l'ensemble des acteurs du fait des "conséquences successives" du confinement. La réduction drastique de la circulation entre mi-mars et mi-mai a fait chuter la sinistralité automobile de 80%. Les règles sanitaires provoquent en outre "une augmentation des coûts et des temps de réparation dans les garages automobiles", est-il souligné dans l'étude. Selon ces experts,"la marge de manœuvre de la profession pour réaliser des hausses de tarifs est limitée" en assurance auto entre récession économique, baisse du pouvoir d'achat et "perception dégradée" du secteur due à sa communication "en ordre dispersé sur les économies" réalisées grâce au confinement, détaille cette étude qui fait référence dans la profession.

Indice des prix à la consommation (glissement annuel en % d'août 2019 à août 2020 ( AFP / )

Les hausses pourraient être d'autant plus contenues que "certains acteurs (...) décideront probablement d'un gel de leurs tarifs inhérent aux économies de charges sinistres réalisées durant le confinement", anticipent les auteurs. En avril et mai, trois compagnies d'assurances (Maif, Matmut et GMF) avaient annoncé des mesures commerciales en faveur de leurs souscripteurs d'assurance auto, suscitant le mécontentement de certains de leurs rivaux non alignés sur ces positions.

Chaque opérateur devrait "expliquer clairement ce qu'il a fait du profit technique exceptionnel enregistré sur ses assurances en automobile", les mesures déjà prises vis-à-vis de ses assurés et "les décisions éventuelles de mutualisation de ce profit avec les pertes enregistrées sur d'autres branches (comme les pertes d'exploitation)", suggère Facts and Figures. En revanche, en assurance multirisques habitation, l'étude ne relève aucun effet de la pandémie ou du confinement, d'où un gel des tarifs "peu probable".

Le cabinet souligne aussi une "dérive du risque climatique" pouvant influer sur les tarifs. Se basant sur les données de la Caisse centrale de réassurance, il relève qu'entre 2010 et 2019, le coût moyen des catastrophes naturelles a quasiment doublé, passant de 850 millions d'euros par an sur la période 2010-2015 à 1,6 milliard d'euros annuel entre 2016 et 2019.

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dano77
    17 septembre10:15

    à la MAIF : gel des tarifs acté pour 2021

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer