Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Arrêt de certaines activités antiterroristes américaines au Yémen

Reuters 24/01/2015 à 03:55

par Mark Hosenball et Phil Stewart WASHINGTON, 24 janvier (Reuters) - Les Etats-Unis ont été contraints d'arrêter certaines opérations antiterroristes menées contre Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) après l'effondrement du gouvernement au Yémen et la prise de contrôle du pays par les miliciens chiites houthis, indiquent des responsables américains. La démission du président Abd-Rabbou Mansour Hadi précédée de quelques heures par celle de son Premier ministre Khaled Baha, jeudi, a "paralysé" les opérations menées par l'antiterrorisme américain. Selon deux responsables des services de sécurité US, cet effondrement politique constitue un revers important pour Washington dans sa lutte contre Aqpa. L'arrêt de certaines activités concerne également les frappes menées par des drones et ce au moins de manière temporaire alors que le Yémen, pays le plus pauvre du monde arabe, s'achemine vers une guerre civile, précisent d'autres responsables. Les agents en poste au Yémen travaillaient en collaboration avec les forces gouvernementales sur la base aérienne d'Al Annad à partir de laquelle ils surveillaient les activités d'Aqpa, organisation qui a revendiqué les attaques terroristes qui ont coûté la vie à 17 personnes à Paris début janvier. D'autres responsables américains se sont voulus moins alarmistes, affirmant que la situation sur le terrain demeurait fluide et que la suspension des activités n'était que temporaire, le temps de procéder à des évaluations. Le porte-parole de la Maison blanche, Josh Earnest, a déclaré que Washington entendait poursuivre sa collaboration avec les autorités yéménites dans la lutte contre le terrorisme. "Je n'ai aucun changement à annoncer dans la politique actuelle sur ce sujet", a-t-il dit. "MAINS LIBRES" Certains responsables redoutent que le chaos dans lequel est en train de sombrer le pays offre à Al Qaïda l'espace nécessaire à son expansion et facilite l'organisation d'attaques contre des cibles occidentales. "Cela pourrait permettre à Aqpa d'avoir les mains plus libres dans certaines régions du pays", a commenté Lorenzo Vidino, auteur de "Al Qaïda en Europe" et analyste à l'Institut des politiques internationales en Italie. "Cela signifie plus de moyens pour préparer des attaques contre les Etats-Unis". Tout comme le Pakistan, le Yémen est un pays jugé stratégique par Washington pour la défense des intérêts américains. En 2014, dix-neuf raids de drones ont tué 124 activistes et quatre civils, selon la New America Foundation qui compile des statistiques sur l'utilisation de ces engins téléguidés. La dernière opération en date a eu lieu le 6 décembre et s'est traduite par la mort de neuf militants présumés d'Al Qaïda. Pour le contre-amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone, les Etats-Unis doivent avoir une vue plus claire de l'évolution politique au Yémen avant "de prendre une décision ou de décider d'aller de l'avant de manière significative dans la lutte antiterroriste". Kirby a précisé qu'il serait "faux de conclure" que Washington a cessé ses activités dans ce domaine au Yémen, ni "qu'aucune mesure n'est prise lorsque et quand cela est nécessaire". La démission du président Hadi pourrait remettre en cause les plans de la Maison blanche qui estimait il y a quatre mois que le partenariat avec les autorités yéménites était un modèle de "succès". L'administration américaine a confirmé jeudi qu'elle avait encore réduit le personnel diplomatique en poste dans le pays en raison de la menace sécuritaire. Les miliciens houthis soutenus par l'Iran sont les adversaires des insurgés sunnites d'Al Qaïda mais ils considèrent également les Etats-Unis comme un ennemi, comme l'ont prouvé les manifestations organisées vendredi dans la capitale Sanaa où des milliers de personnes ont scandé "mort à l'Amérique, mort à Israël". (Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.